•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus d’autonomie pour les hygiénistes dentaires, propose Québec solidaire

La co-porte-parole de Québec solidaire est entouré de Vincent Marissal, candidat dans Rosemont, et de Rachel Beaudry, hygiéniste dentaire.
Un gouvernement de Québec solidaire réformerait le code des professions pour permettre aux hygiénistes d'effectuer certains actes sans la supervision d'un dentiste. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Québec solidaire veut réformer le code des professions pour permettre aux hygiénistes dentaires de pratiquer de façon autonome, si le parti forme le prochain gouvernement.

Actuellement, au Québec, les hygiénistes ne peuvent poser des actes non médicaux tels que les examens d’évaluation sommaires, les nettoyages ou la pose de scellants sans la supervision d’un dentiste.

« C’est la seule profession qui est encore subordonnée à une autre profession », a déclaré la co-porte-parole du parti, Manon Massé, soulignant que partout ailleurs au Canada, sauf dans l’Île-du-Prince-Édouard , les hygiénistes dentaires peuvent travailler dans leur champ d’expertise sans la supervision d’un dentiste.

Selon Mme Massé, la réforme permettra de faire baisser les prix des services, puisque l’intervention d’un dentiste ne sera plus nécessaire. Elle permettra aussi aux hygiénistes dentaires de pratiquer en dehors des cabinets privés de dentiste, par exemple dans les CLSC ou les CHSLD, et de prioriser ainsi les soins préventifs.

QS souhaite également déployer un programme de soins d’hygiène dentaire préventifs dans les CPE, les écoles, les CLSC et les CHSLD. « Non seulement ça améliore la santé bucco-dentaire, mais ça permet aussi d’économiser a posteriori des soins curatifs », a expliqué Vincent Marissal, candidat de QS dans Rosemont, où se tenait la conférence de presse.

Cette réforme ne coûtera rien aux contribuables, a expliqué Mme Massé, qui accuse le gouvernement libéral de ne pas l’avoir faite par « manque de courage et de volonté politique » face au lobby des dentistes.

Politique provinciale

Politique