•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Vérif : Québec solidaire veut-il nationaliser toutes les grandes entreprises?

Les détails avec Vincent Maisonneuve.
Radio-Canada

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, met en garde contre Québec solidaire : « Ils veulent nationaliser toutes les grandes compagnies, sans exception ». La co-porte-parole du parti, Manon Massé, affirme plutôt : « La seule nationalisation qu'on veut faire, c'est le transport interurbain ». Qui a raison? On a vérifié.

Un texte de Thomas Gerbet, avec Vincent Maisonneuve et Nathalie Lemieux

Non, Québec solidaire (QS) ne veut pas nationaliser Bombardier, Desjardins, Couche-Tard, Quebecor ou Air Transat.

La première chose qu'il faut comprendre, c'est que Jean-François Lisée et Manon Massé ne parlent pas de la même chose.

Le chef du PQ fait référence au programme de Québec solidaire, le document qui présente sa vision à long terme, approuvé lors de son congrès de décembre 2017. De son côté, Manon Massé parle de sa plateforme électorale, ses intentions pour le prochain mandat, jusqu'en 2022.

Le programme de Québec solidaire laisse la porte ouverte à des nationalisations à grande échelle. On peut y lire : « Québec solidaire vise, à long terme, la socialisation des activités économiques. » Cette transformation passerait notamment, par la « nationalisation de grandes entreprises dans certains secteurs stratégiques ».

Le programme envisage de « placer sous contrôle public [participation majoritaire de l'État], incluant la nationalisation complète » :

  • l’industrie minière;
  • la grande industrie forestière;
  • les entreprises oeuvrant dans le domaine de l'énergie.

Les membres de Québec solidaire ont aussi les intentions suivantes :

  • « nationalisation partielle du système bancaire »;
  • « les écoles privées qui en feront la demande pourront être nationalisées ».

Quand Manon Massé affirme que son parti ne veut nationaliser qu'une seule chose, soit le transport interurbain par autocar, elle fait référence à la plateforme électorale pour 2018-2022.

« Nous procéderons dès le premier mandat à la nationalisation du réseau de transport interurbain », peut-on lire dans ce document. QS a même tenu une conférence de presse pour annoncer ses intentions de nationaliser les compagnies comme Orléans Express, Intercar, Limocar ou Autobus Maheux.

La co-porte-parole de Québec solidaire aurait dû aussi ajouter à sa liste le secteur éolien. On peut en effet lire dans la plateforme électorale que QS « placera les entreprises de ce domaine sous contrôle public et nationalisera le développement de l'énergie éolienne ».

Le Plan de transition économique présenté par Québec solidaire durant cette campagne comprend également « le contrôle public des mines de lithium », qui fournissent la matière première à la production de batteries. La candidate Ruba Ghazal avait spécifié qu'il était question d'« une participation majoritaire du gouvernement dans ces mines, donc 50 % + 1 ».

La différence entre le programme et la plateforme n'est pas évidente pour tous. Au début de la campagne, le candidat de Québec solidaire dans Roberval, Luc-Antoine Cauchon, avait affirmé vouloir nationaliser la compagnie Produits forestiers résolu. Il avait été rappelé à l'ordre par son parti.

Politique