•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agression sexuelle : une amie de la présumée victime d'un marin britannique témoigne

Darren Smalley ouvre une porte à la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse le 4 septembre 2018 à Halifax.
Darren Smalley à la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse le 4 septembre 2018 à Halifax. Photo: La Presse canadienne / Andrew Vaughan
La Presse canadienne

Les accusations contre le marin britannique Simon Radford, hospitalisé au Royaume-Uni, ont été suspendues, lundi matin à Halifax, mais le procès de Darren Smalley, un autre marin accusé d'agression sexuelle, a repris.

Au procès de Darren Smalley, une amie de la présumée victime, dont l’identité est protégée par un interdit de publication, a entrepris un témoignage qui doit se poursuivre mardi.

La femme, une Néo-Écossaise dans la vingtaine, a affirmé avoir trouvé la plaignante nue dans un lit de la chambre 1704 des baraquements de la 12e Escadre Shearwater, dans la grande région d’Halifax, tôt le 10 avril 2015.

Cette femme a décrit à la cour le visage de la plaignante comme étant très rouge et donnant l’impression qu’elle avait pleuré.

Cette amie de la présumée victime dit s’être approchée de cette dernière pour lui demander ce qui n’allait pas. La plaignante lui aurait répondu qu’elle voulait partir. L’amie affirme avoir aussi remarqué la présence d’une autre personne étendue dans le lit.

La présumée victime tremblait, apparaissait effrayée et peinait à former des phrases complètes, selon le témoignage de l’amie.

Édifice de la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse en 2018.L'édifice abritant la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse, à Halifax. Photo : Radio-Canada / Frédéric Wolf

La plaignante a été reconduite chez elle. C’est le lendemain que les deux femmes sont allées chez le médecin.

La présumée victime devrait selon toute vraisemblance témoigner à ce procès, qui se déroule devant un juge.

Suspension des accusations contre le marin Simon Radford

En début de journée lundi, le juge Patrick Duncan a accordé une suspension d’instance à l’un des accusés, le marin britannique Simon Radford.

Son avocat, David Bright, a expliqué que M. Radford, dont l’état de santé avait déjà forcé des ajournements au début du mois, se trouvait dans un hôpital militaire en Angleterre. Il y est traité pour une infection sévère et on ignore quand il obtiendra son congé.

Simon Radford devant un ascenseur.Simon Radford, photographié le 5 septembre 2018 à la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse, est rentré au Royaume-Uni pour y être hospitalisé. Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Simon Radford devait répondre à des accusations d’agression sexuelle causant des blessures et de participation à une agression sexuelle en bande. Ces accusations étant maintenant suspendues, la Couronne dispose d'un an pour les déposer de nouveau si l'accusé est en état de subir son procès.

Le procureur Eric Taylor a déclaré qu’il était dans l’intérêt de la justice que le procès de Darren Smalley se poursuive.

Quatre marins britanniques avaient initialement été accusés d’agression sexuelle, mais les accusations contre deux d’entre eux ont été abandonnées. Lors des faits présumés, les militaires se trouvaient en Nouvelle-Écosse pour participer à un tournoi de hockey.

Nouvelle-Écosse

Procès et poursuites