•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un colloque sur la pyrrhotite à Trois-Rivières

Réparation de fondations de maisons affectées par la pyrrhotite à Trois-Rivières. (Archives)

Réparation de fondations de maisons affectées par la pyrrhotite à Trois-Rivières. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Bouchard

Radio-Canada

La Coalition d'aide aux victimes de la pyrrhotite (CAVP) tient un colloque les 24 et 25 septembre à Trois-Rivières réunissant des organismes et des scientifiques du Québec et du Connecticut, aux États-Unis, pour faire avancer les études sur la pyrrhotite.

L’objectif, c’est de mettre en commun les connaissances et de faire en sorte que tout le monde travaille ensemble, explique l’un des organisateurs du colloque, Michel Lemay, qui est aussi vice-président du CAVP.

À ce jour, environ 4000 maisons touchées par le problème de la pyrrhotite ont été répertoriées au Québec. Dans l’état du Connecticut, 34 000 constructions sont dans la même situation.

Le phénomène est peut-être plus répandu au Connecticut, mais l’état des connaissances serait plus avancé au Québec, avance Michel Lemay.

Le colloque sur la pyrrhotite se déroule à l’hôtel Delta de Trois-Rivières.

La « zone grise », prochain dossier prioritaire

La prochaine bataille du CAVP sera de défendre les propriétaires dont la résidence se trouve dans « la zone grise », c’est-à-dire que ses fondations comportent un taux de 0 à 0,22 % de pyrrhotite.

Le vice-président de l’organisme, Michel Lemay, dit souhaiter que de nouveaux travaux scientifiques permettent d’établir une nouvelle norme en matière de béton, qui puisse par la suite être inscrite dans les codes du bâtiment.

Mauricie et Centre du Québec

Infrastructures