•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le dossier Gilbert Rozon « traîne », se désole Pénélope McQuade

L'animatrice Pénélope McQuade.

Pénélope McQuade

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'animatrice Pénélope McQuade, l'une des femmes qui a porté plainte contre Gilbert Rozon pour des gestes de nature sexuelle à l'automne 2017, a affirmé que le système de justice « traîne » pour traiter cette affaire, lors de la première émission de la nouvelle saison de Tout le monde en parle, diffusée dimanche.

« La procureure nous avait dit que des accusations seraient portées avant l’été, et on ne sait pas ce qui se passe depuis », a-t-elle indiqué lorsque Guy A. Lepage lui a demandé où en était rendu le dossier.

Elle croit que le système de justice n’est pas adéquat pour traiter les crimes sexuels. « Dans notre système actuel, ça prend une preuve béton, ça prend un témoin. Des témoins, il n’y en a jamais dans ces histoires-là, ou rarement, et des preuves, quand ça fait 25-30-35 ans que tu as été agressé, c’est quasiment impossible. »

Pénélope McQuade dit être de l’avis que la création d’un tribunal dédié aux violences sexuelles et conjugales, un engagement pris par la députée péquiste de Joliette, Véronique Hivon, est « une excellente idée ».

Je pense que notre système est fait pour ne jamais envoyer d’innocent en prison, thank God (Dieu merci), […] mais il n’est aussi pas fait pour croire les victimes.

Pénélope McQuade

En octobre 2017, plusieurs femmes avaient affirmé au quotidien Le Devoir et à la station de radio 98,5 FM avoir été agressées ou harcelées par le fondateur du groupe Juste pour rire, et des plaintes avaient été déposées à la police dans les jours suivants.

Un nouveau plaidoyer contre la haine sur les réseaux sociaux

L’animatrice était sur le plateau de Guy A. Lepage en compagnie du cinéaste Hugo Latulippe pour discuter de leur documentaire Troller les trolls, qui doit prendre l’affiche le 3 octobre à Télé-Québec.

En 2016, elle a dénoncé pour la première fois, publiquement, le harcèlement dont elle était la cible sur les réseaux sociaux, et qui est le lot de nombreuses personnalités publiques. Elle est depuis partie en croisade contre la haine et l’intimidation sur le web.

La question de départ qui a mené à l’élaboration de son projet de documentaire était : qu’est-ce qui motive les internautes à déverser leur fiel et à publier des messages haineux, souvent sans même dissimuler leur identité, sur Internet?

Dans le documentaire, on rencontre des victimes de cyberintimidation, mais aussi des trolls, ces provocateurs du web, qui, dans certains cas, s’affichent à visage découvert et sans complexe.

« On est en train d’assister à l’éclosion et l’émergence d’une façon tout à fait différente de construire de la violence, de construire de la haine et de la radicalisation », affirme Pénélope McQuade.

Célébrités

Arts