•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
analyse

Les critiques de Lisée à l'endroit de QS s'appliquent aussi au PQ

Jean-François Lisée observe Manon Massé pendant qu'elle s'exprime durant un des débats des chefs.

Jean-François Lisée observe Manon Massé pendant un des débats de la campagne électorale 2018.

Photo : La Presse canadienne / Allan McInnis

Michel C. Auger

ANALYSE – Le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, a tout à fait le droit de rappeler, en cette fin de campagne, que Québec solidaire a un programme bien plus à gauche que sa plateforme électorale. Mais il ne faudrait surtout pas oublier que le PQ aussi fonctionne avec une plateforme pour le court terme et un autre programme pour le long terme.

Depuis le dernier débat des chefs, jeudi soir, M. Lisée attaque Québec solidaire (QS) sur tous les fronts. Très clairement, le chef péquiste n’a toujours pas digéré le refus de QS de faire une alliance électorale avec son parti.

D’autant que, de son point de vue, si les péquistes et les solidaires étaient ensemble, ils seraient la première force politique au Québec, et donc à la porte du pouvoir. Avec lui-même comme premier ministre, bien entendu.

Évidemment, on doit tempérer cette hypothèse en disant que le transfert de voix entre deux partis politiques n’est jamais assuré et qu’on ne peut pas additionner les voix comme si on faisait des dépôts à la banque.

Jeudi soir, l’accusation de M. Lisée selon laquelle QS aurait une sorte de chef et de secrétaire général omnipuissant, caché et qui ne rend pas de comptes était déjà difficile à croire. Surtout quand on a finalement vu et entendu M. Gaétan Châteauneuf, qui serait certainement peu crédible dans le rôle de Staline.

En fait, M. Châteauneuf est chef de QS pour les fins de la loi électorale, parce que ce parti, avec ses deux porte-parole, a une structure différente de celle des autres partis. Comme c’était déjà le cas en 2012 et en 2014. C’est une simple question de régie interne à QS.

Tout comme le PQ a maintenant une vice-chef, Véronique Hivon, un rôle qui n’existe ni dans les statuts du parti ni dans la loi électorale. Mais comme c’est une question de régie interne au PQ, ça ne regarde que lui…

Reste qu’à la fin, cela s’ajoute à un contentieux qui est en train de devenir de plus en plus lourd entre le PQ et QS et qui pourrait rendre les rapprochements encore plus difficiles entre les deux partis.

Notre dossier sur les élections provinciales 2018 au Québec

Nettement plus à gauche

Il demeure que M. Lisée a raison quand il parle du programme de Québec solidaire, qui est nettement plus à gauche que les engagements électoraux du parti comme les soins dentaires gratuits, la réduction des tarifs de transport en commun ou la gratuité scolaire « du CPE au doctorat ».

Le programme politique de QS n’est pas caché – il faut le chercher un peu sur son site, mais pas plus que pour trouver celui du PQ –, mais il est nettement plus à gauche que le discours de Manon Massé ou de Gabriel Nadeau-Dubois.

On y parle, entre autres, du « contrôle collectif et démocratique des principaux leviers économiques », ce qui se traduit par des nationalisations, par la création d’une banque d’État et par d'autres initiatives qui ne figurent plus guère au programme des partis qui se décrivent toujours comme socialistes en Europe.

On admettra facilement que les chances de Québec solidaire de former le prochain gouvernement sont minces et que les chances qu’il puisse mettre en pratique son « programme long » le sont encore plus. Reste qu’il faudra bien, un jour, que QS réfléchisse à se donner un véritable programme politique de gouvernement plutôt que le catalogue des idées de gauche actuel, dans lequel on promet tout plutôt que de faire des choix.

Mais le PQ et M. Lisée sont assez mal placés pour critiquer QS quand ils ont, eux aussi, leur « programme long », qu’il ne faut pas confondre avec la plateforme électorale. Évidemment, ce programme est beaucoup moins à gauche, mais il comprend aussi des éléments dont le PQ ne s’est pas trop vanté pendant cette campagne, comme de rédiger une constitution du Québec dès le premier mandat, sans attendre un référendum prévu pour le mandat qui commencerait en 2022.

Bref, autant le PQ que QS ont des « programmes doubles » qui sont si touffus – plus d’une centaine de pages chacun – qu’un électeur moyen ne s’y retrouve pas vraiment. Cela fait de beaux congrès pour des militants studieux, mais ça n’aide pas vraiment au débat démocratique.

Aux États-Unis comme en Grande-Bretagne, on choisit plutôt de publier une plateforme électorale à chaque scrutin. Cela permet, au moins, de suivre un nombre limité d’engagements et de demander des comptes à l’élection suivante.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique