•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un congrès de la FQM à saveur électorale

Les maires lors de la remise de leur prix sur scène
De nombreux maires se sont déplacés pour recevoir le prix de la FQM, dont le président de la Régie intermunicipale de l'énergie du Bas-Saint-Laurent, Michel Lagacé (qui tient le trophée), et celui de la Régie intermunicipale de l'énergie Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre (qui tient l'enveloppe). Photo: Facebook/Michel Lagacé
Radio-Canada

Deux maires de l'Est-du-Québec dressent un bilan positif du congrès de la Fédération québécoise des municipalités (FQM) qui a pris fin samedi à Montréal.

Un texte de Marie-Josée Paquette-Comeau en collaboration avec Laurence Royer

Organisé en pleine campagne électorale, le congrès a permis aux élus municipaux de faire part de leurs besoins aux chefs des quatre principaux partis qui étaient présents à l’événement.

Le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre, se réjouit des engagements pris par les quatre partis quant aux préoccupations des municipalités, telles que le financement de la Sûreté du Québec, la décentralisation des pouvoirs, le développement du réseau Internet haute vitesse et le transfert d’un point de la TVQ aux municipalités.

Le maire de la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre.Le maire de la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre. Photo : Radio-Canada / William Bastille-Denis

On se dit que peu importe qui va former le prochain gouvernement, les problématiques liées à Internet et à la téléphonie cellulaire ne devraient pas rencontrer d’opposition à l’Assemblée nationale puisque tous les chefs sont d’accord.

Jonathan Lapierre, maire des Îles-de-la-Madeleine

Selon Jonathan Lapierre, tous les chefs se sont également engagés à créer des emplois dans la fonction publique en région en y transférant notamment des ministères.

Une promesse qui fait sourciller le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, qui demeure sceptique quant à sa réalisation.

Ça se lance bien dans un congrès. En plus que certains veulent en abolir… Je ne miserais pas trop là-dessus. Ça me semble peu probable.

Réjean Porlier, maire de Sept-Îles

Pendant le congrès, la firme Léger est venue présenter aux élus municipaux un rapport sur les attentes et les opinions des citoyens par rapport à leur municipalité. Le rapport a dévoilé des informations éclairantes, selon Jonathan Lapierre.

Changer la date des élections

La FQM veut devancer la date de scrutin des élections municipales. Selon la majorité des membres, le 5 novembre laisse trop peu de temps aux élus pour préparer leur budget pour l'année suivante.

Le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, croit également que les nouveaux élus ont besoin de temps pour comprendre l’appareil municipal et les grands dossiers.

Autre son de cloche du côté du madelinot Jonathan Lapierre, qui ne croit pas que cette raison, invoquée par des élus municipaux, justifie de changer la date des élections. Chaque municipalité peut demander au ministère des Affaires municipales de reporter l’échéance pour présenter un budget, précise le maire des Îles.

Conférence inspirante

Plusieurs conférences ont permis aux élus de mieux comprendre certains enjeux relatifs à leur juridiction, telle que la légalisation du cannabis ou la Loi concernant la conservation des milieux humides et hydriques.

Le maire de Sept-Îles, Réjean PorlierLe maire de Sept-Îles, Réjean Porlier Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

En plus d'informer, le congrès de la FQM a laissé place à l’inspiration avec la conférence de l’auteur, animateur et anthropologue Serge Bouchard sur l’origine de la vie municipale.

Les mots du conférencier résonnent encore dans la tête du maire de Sept-Îles. Serge Bouchard a lancé une réflexion sur la vision des régions, explique Réjean Porlier. Il nous a dit de réfléchir à nos régions comme des territoires, comme des pays même!, ajoute le maire.

Quand on dit qu’on est loin de Montréal, c’est penser qu’on est loin de quelque chose qui est plus important que nous.

Réjean Porlier, maire de Sept-Îles

Il faut changer la manière de concevoir les régions, selon le maire de Sept-Îles.

Politique