•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boustifaille et retrouvailles à la Fête des récoltes de Cap-au-Renard

Les gens se réunissent dans la bonne humeur à la chapelle de Cap-au-Renard.
Les gens se réunissent dans la bonne humeur à la chapelle de Cap-au-Renard. Photo: courtoisie Maude Alary-Paquette
Radio-Canada

Quelques centaines de personnes ont fait leurs emplettes d'automne dimanche, à la dixième Fête des récoltes à la chapelle de Cap-au-Renard en Haute-Gaspésie. L'événement est aussi l'occasion pour les producteurs et la population de se retrouver et de tisser des liens.

Un texte de Brigitte Dubé

L’activité regroupait une vingtaine des producteurs maraîchers et des artisans transformateurs qui proposaient leurs produits.

Après les grands vents et la pluie, le soleil a fini par se montrer en fin d’avant-midi, mentionne Maude Alary-Paquette, membre du comité citoyen qui organise la fête.

Elle estime que cet événement a des retombées qui vont bien au-delà des ventes. Cette fête-là est vraiment importante pour le village, souligne-t-elle. Ça fait un lieu de rassemblement super important pour des gens qui ne se croisent pas souvent.

C’est une belle fête, pas seulement pour les récoltes, mais qui permet de créer un noyau social en Haute-Gaspésie.

Maude Alary-Paquette, membre du comité citoyen qui organise la fête

La chapelle de Cap-au-Renard : un lieu de rassemblement idéal pour la communautéLa chapelle de Cap-au-Renard : un lieu de rassemblement idéal pour la communauté Photo : courtoisie Maude Alary-Paquette

L’autosuffisance alimentaire, un idéal à atteindre

Maude Alary-Paquette rappelle que le concept d’autosuffisance alimentaire motive plusieurs jeunes venus s’établir à Cap-au-Renard.

C’est valorisé par des jeunes qui quittent la ville et s’installent en région pour faire un retour à la terre, dit-elle. Ils cherchent à créer des projets qui sont très concrets, qui permettent de perpétuer des valeurs qui se sont peut-être perdues avec le temps, mais qui sont importantes. Il se fait pas mal de transformation, de cueillette et de culture. Ça fait une belle variété de beaux savoirs à partager.

La résidente de Cap-au-Renard se réjouit de voir que ce mouvement est de plus en plus commun et valorisé.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Engagement communautaire