•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Monter l'Everest à Rivière-du-Loup

Plus de 2000 personnes ont participé au sixième Défi Everest de Rivière-du-Loup en fin de semaine.
Plus de 2000 personnes ont participé au sixième Défi Everest de Rivière-du-Loup en fin de semaine. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Plus de 2 000 personnes ont participé au sixième Défi Everest en fin de semaine à Rivière-du-Loup.

Pour la sixième année, cet événement permet d'amasser des fonds pour différents organismes. Le concept est de gravir, seul ou en équipe, l'équivalent du dénivelé du mont Everest, soit 8848 mètres, ce qui correspond à 150 montées de la côte Saint-Pierre.

Certains participants gravissent la pente de la côte jusqu’à 30 fois.

En 6 ans, l’achalandage a grimpé passant de 256 à plus de 2000 sportifs.

L'organisateur de l'événement, Yvan L'Heureux, souhaite maintenant exporter le concept dans d'autres villes de la province.

On reçoit ici aujourd'hui plusieurs délégations qui sont venues de 3 à 12 individus qui sont là pour voir comment ça se passe.

Yvan L'Heureux, organisateur du Défi Everest

D’ailleurs, M. L’Heureux indique que plusieurs rencontres ont déjà eu lieu avec les représentants de différentes villes. Il attend maintenant des réponses : Le mot dans tout ça c’est y croire et engagement!

L'organisateur du Défi Everest de Rivière-du-Loup, Yvan L'HeureuxL'organisateur du Défi Everest de Rivière-du-Loup, Yvan L'heureux Photo : Radio-Canada

Yvan L’Heureux y a cru à son événement. Il y a 6 ans, il y avait 256 personnes, dit-il. C’était une journée pluvieuse d’octobre, avec des cartes à punch.

On pensait jamais avoir autant de monde et donner au-dessus de 725 000 $ à 200 quelques organismes.

Le coordonnateur de l’événement croit que le premier objectif du Défi, qui était de faire une conscience citoyenne au niveau de la santé, est atteint.

Yvan L’Heureux affirme que l’organisation du Défi Everest n'occasionne aucuns frais de gestion. On redonne au suivant où les jeunes veulent donner.

D'après les informations de Patrick Bergeron

Bas-Saint-Laurent

Engagement communautaire