•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lisée rectifie le tir à propos de Québec solidaire

Un montage photo montre Manon Massé et Jean-François Lisée.
Le ton monte entre Manon Massé et Jean-François Lisée depuis quelques jours. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Reconnaissant la « progression » de Québec solidaire (QS) dans les intentions de vote, Jean-François Lisée a tiré dimanche une nouvelle salve contre le parti, l'accusant de « cacher » son programme politique avant de corriger ses propos en après-midi.

Un texte de Julie Marceau

« Lorsqu’on cache un programme politique, c’est de la manipulation », a d'abord déclaré le chef péquiste en matinée dimanche en marge d’une annonce à Saint-Jean-sur-Richelieu.

« Nous, notre structure est claire, notre programme est clair sur notre site Internet », a insisté le chef péquiste.

« Notre programme est sur le site Internet de Québec solidaire depuis notre création. […] Il n’y a aucune ligne qui a été changée », a répliqué Manon Massé à Sherbrooke.

« Ça a commencé par des allégations loufoques. Maintenant, ce sont carrément des mensonges que lance Jean-François Lisée. Quelle triste fin de campagne pour lui », a réagi Gabriel Nadeau-Dubois sur son compte Twitter.

« Caché »… de l'application mobile

Questionné par les journalistes en après-midi, Jean-François Lisée est finalement revenu sur ses propos indiquant que QS n’avait pas « caché » son programme, mais omis de le « mettre de l’avant » sur sa plateforme mobile.

Je conviens qu’un bon recherchiste ou quelqu’un qui sait utiliser les moteurs de recherche l’aurait trouvé [le programme de Québec solidaire ]

Jean-François Lisée

QS manipule les électeurs, maintient Lisée

Le chef péquiste maintient toutefois ses propos à l’effet que la formation de gauche « manipule » les électeurs.

« Nous, notre vrai objectif, c’est une société indépendante, équitable, verte. Jamais, eux, ils ne disent que c’est de socialiser la totalité des moyens de production, c’est-à-dire de nationaliser toutes les grandes entreprises (...) ils le cachent », a martelé Jean-François Lisée.

Le chef péquiste admet qu'au moment de la tentative d’alliance entre son parti et QS, au printemps 2017, le Parti québécois (PQ) était pourtant au courant de la majorité des éléments qu’il reproche maintenant à la formation de gauche. Mais il n’en démord pas : c’est à un peu plus d’une semaine des élections que ces informations deviennent cruciales, selon lui.

« C’est faux de dire qu’on veut nationaliser toutes les entreprises, ce n'est écrit nulle part dans notre programme », a réagi Stéphanie Guèvremont, responsable des relations publiques chez Québec solidaire.

Selon la formation politique, des corrections mineures ont par ailleurs été effectuées dimanche sur le site mobile du parti, mais le programme a toujours été « accessible et disponible » sur toutes les plateformes, insiste-t-on.

Quant aux accusations du PQ à l’effet que Québec solidaire souhaite « nationaliser » le programme de comptes d'épargne libre d'impôt (CELI), le parti explique que cette mesure ferait en sorte de remplacer l’actuel, mais que les investissements seraient protégés.

Politique provinciale

Politique