•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
analyse

Comment François Legault a freiné sa descente

Le chef de la CAQ au micro.
François Legault état tout sourire en sortant du débat des chefs de jeudi soir, à TVA. Photo: Paul Chiasson
Martine Biron

L'ambiance est beaucoup plus détendue dans la caravane caquiste à la suite de la performance de François Legault lors du dernier débat des chefs, jeudi. Même si rien n'est acquis pour la Coalition avenir Québec (CAQ), le chef a réussi à sauver sa campagne du désastre.

Après le débat de Radio-Canada, la panique a quasiment gagné l’équipe de la CAQ, et surtout les nouveaux candidats sans expérience. Le chef accumulait les gaffes, sa crédibilité était atteinte et les candidats, sur le terrain, ont tout à coup pris conscience qu’ils pouvaient perdre.

François Legault devait se ressaisir alors qu’il se dirigeait vers un échec cuisant. L’opération 180 degrés s’est donc mise en marche.

M. Legault est retourné à ses cahiers pendant que ses proches conseillers ont travaillé les lignes d’attaque et de défense.

La rencontre la veille du débat à la résidence de M. Legault, à Outremont, a duré deux heures et demie.

Des excuses et des fourmis

Dans la cuisine du chef, son ami et chef de cabinet, Martin Koskinen, et son directeur des communications, Stéphane Gobeil, ont précisé le plan de bataille.

Il a été rapidement décidé que le chef s’excuserait pour la méconnaissance du processus d’immigration fédéral qu’il a démontrée, mais que son mea culpa devait lui servir de rampe de lancement pour attaquer Philippe Couillard sur son « incapacité à reconnaître ses erreurs ».

Ses interventions devaient être simples et spontanées : exit les chiffres et les explications de long en large dont raffole M. Legault.

Il a aussi été convenu que son ton serait plus posé. M. Legault avait visiblement oublié les séances de formation qu’il a suivies au cours de la dernière année pour améliorer la livraison de ses discours. Il a dû se rafraîchir la mémoire.

Ses proches conseillers ont aussi travaillé sa communication non verbale, l'une des faiblesses de M. Legault. On l’a encouragé à sourire un peu plus et, surtout, à écouter davantage les réponses de ses adversaires. Et puis, on a préparé son allocution de clôture, qui ne serait pas lue.

Il voulait souligner le travail de son équipe, si importante au cours de la dernière année et qui, en campagne électorale, paraissait tout à coup bien secondaire.

La femme de François Legault, Isabelle Brais, a aussi joué un rôle. Des proches rapportent que sa phrase favorite – « nous sommes tous des fourmis, des grains de sable dans l’univers » – est une phrase qu’elle répète souvent, histoire de mettre un peu de perspective sur les enjeux qui prennent trop de place.

Sa capacité à dédramatiser les situations difficiles est reconnue à la CAQ, et bien sûr, elle a énormément d’influence sur son mari.

Rien n’est gagné pour la CAQ

Il reste encore une grosse semaine de campagne et le vote est encore volatil. François Legault risque de demeurer sur le grill alors qu’il tergiverse encore sur son projet en immigration, à l’origine de ses difficultés.

M. Legault n’a toujours pas précisé clairement s’il expulserait les nouveaux arrivants qui échoueraient aux tests de valeur et de français.

Et puis, les libéraux, qui ont une machine électorale très efficace, talonnent la CAQ de très près. L’hémorragie semble donc stoppée, mais la CAQ reste en position minoritaire.

Une posture que semblent apprécier les stratèges caquistes. La pression au sommet est difficile à porter. Selon plusieurs, leur chef est bien meilleur à l’attaque qu’à la défense.

Politique provinciale

Politique