•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nord-du-Québec veut avoir l'oreille des chefs

Alain Poirier, maire de Lebel-sur-Quévillon.
Alain Poirier, maire de Lebel-sur-Quévillon Photo: Radio-Canada / Mélanie Picard
Radio-Canada

Le maire de Lebel-sur-Quévillon affirme que la région du Nord-du-Québec est « oubliée » dans la campagne électorale 2018.

Un texte de Boualem Hadjouti

Alain Poirier rappelle que les chefs de principaux partis politiques du Québec n'ont pas visité sa région, même si les élus ont beaucoup de questions à leur poser.

Selon lui, le Nord-du-Québec est une région de ressources naturelles et elle fait aussi face à de nombreux défis, dont la santé et le manque de main-d'œuvre.

Je vous donne l'exemple de Lebel-sur-Quévillon, dit-il. On est en pleine croissance économique chez nous et on fait face à une grande difficulté de main-d'œuvre. Il faut que ça passe par l'immigration, c'est quoi la position des chefs par rapport à ça, comment ils peuvent nous aider. Au niveau de la santé, c'est la même chose, j'ai une ville dont la population augmente, mais le service de santé, surtout au niveau des soins de longue durée, on manque d'espace, on manque de lit.

D'autres dossiers qui m'interpellent beaucoup, c'est le caribou et la forêt.

Alain Porier.
Le maire de Matagami René DubéLe maire de Matagami René Dubé Photo : Photo : Ville de Matagami

Le maire de Matagami dit qu'il aurait également apprécié la visite des chefs dans sa région.

Mais pour René Dubé, l'essentiel c'est que les candidats de sa région soient présents sur le terrain et que celui qui est élu tienne ses promesses.

Le fait que les chefs ne se présentent pas dans le Nord-du-Québec ... je peux comprendre ça, mais qu'on parle du Nord-du-Québec, qu'on parle des préoccupations qu'on a, on ne vient pas juste ici pour ramasser les matières premières, mais il y a des gens qui l'habitent, il y a la communauté crie, des Inuits, et des Jamesiens qui l'habitent, dit-il. Donc c'est important qu'ils prennent le pouls de l'ensemble de la population.

René Dubé réclame aussi l’établissement d’une direction régionale du ministère de l'Environnement dans sa région.

Dans la circonscription de l'Ungava, sept candidats se présentent pour les élections du 1er octobre.

Abitibi–Témiscamingue

Politique provinciale