•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

154 millions et l’autogouvernance pour les Métis du Manitoba

Un homme pose devant le logo de la FMM, sur lequel figurent une tête de buffle et deux carabines.
Le président de la Fédération des Métis du Manitoba, David Chartrand, soutient que l'argent obtenu d'Ottawa servira à améliorer les conditions de vie de son peuple. Photo: La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

La Fédération des Métis du Manitoba (FMM) et le ministère des Relations Couronne-Autochtones ont annoncé samedi une entente prévoyant un financement de 154 millions de dollars destiné à la fédération.

Pour la FMM, ce financement n’est que le début d’un processus qui « change l’essence même des Métis » et favorise la réconciliation, indique son président, David Chartrand.

« On avait l’habitude de regarder par la fenêtre sans jamais être invité dans salle, ni au fédéral, ni au provincial », soutient M. Chartrand, ajoutant que les Métis sont « maintenant dans la salle, avec une chance de changer les choses pour [la] Nation ».

Droits territoriaux

Le financement s’appuie sur l’Entente-cadre en vue de favoriser la réconciliation (Nouvelle fenêtre) signée en 2016 et sur le jugement de la Cour suprême du Canada de 2013 concernant les terres promises aux Métis par Ottawa.

Le jugement affirme qu’Ottawa a failli à ses obligations envers les Métis de la rivière Rouge à la suite de l’insurrection de 1870.

On commence à récupérer ce qui nous a été promis en 1870

David Chartrand, président de la Fédération des Métis du Manitoba

L’argent servira notamment à améliorer les conditions de vie des Métis en matière d’économie, de logement, de santé, de garderies et d’éducation.

Les fonds seront gérés selon les conseils d’un comité d’experts issus des milieux politique, économique et universitaire, soutient M. Chartrand,.

Vers l’autogouvernance

Le plan fédéral entame également la marche vers la reconnaissance de la Fédération des Métis du Manitoba comme gouvernement métis.

C’est un changement par rapport au régime actuel, où les cadres législatifs forcent la FMM à avoir un statut d’entreprise qui l’empêche d’être reconnue comme gouvernement, selon David Chartrand.

« Il y aura de nouvelles discussions sur de nouvelles façons de faire, où les gouvernements des Métis hériteront d’une foule de champs de compétences dont ils devraient déjà être responsables, à l’instar des provinces et territoires », soutient-il.

M. Chartrand précise toutefois que l’autogouvernance est, en quelque sorte, déjà commencée. Il cite notamment les règles de chasse établies par les Métis et reconnues par Winnipeg.

Manitoba

Politique fédérale