•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les chefs à Gatineau : « C'est profiter de la misère du monde », dit un sinistré

Le reportage d'Hugo Lavallée
Radio-Canada

De nombreux sinistrés du secteur le plus affligé de Gatineau ont dénoncé samedi la venue des chefs de parti qui ont modifié leur horaire de campagne pour se rendre sur les lieux de la catastrophe.

Un texte de Julie Marceau

« C’est profiter de la misère du monde! », s’exclame Ubald Alie après le passage de Philippe Couillard et de Jean-François Lisée.

Le Gatinois habite tout près de la trajectoire de la tornade. Pendant quelques secondes, vendredi soir, il a cru qu’un arbre en train de chuter allait s’échouer directement sur son appartement.

Ubald Alie pose sur un terrain devant un énorme arbre tombé.Ubald Alie habite rue Lucien-Brault, à quelques pas du passage de la tornade et de ses ravages. L'arbre qui a tombé devant son appartement est passé à quelques centimètres de fracasser sa vitre. Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

Ubald Alie ne comprend pas la venue des chefs. « Qu’est-ce qu’ils peuvent faire de plus eux autres quand même qu’ils viennent ici? », demande-t-il.

Ses voisins sont du même avis. « Un million? », a répété Catherine Boisvenu lorsqu’elle a été informée de l'annonce du fonds d’urgence pour la Croix-Rouge.

« Tu peux l’annoncer dans ton autobus. Ils [les chefs] prennent de la place, et ce n’est pas le moment d’être ici. Ils sont dans le chemin plus que d’autre chose », déplore la résidente.

« En ce moment, les trucks d’Hydro-Québec devraient être là, les pompiers devraient être en train de regarder ce qu’on va devoir détruire… Pour moi, c’est non! C’est juste dans le chemin », renchérit-elle.

À quelques pas de là, Agathe Carrière et Alain Bourgeois attendaient encore de savoir quand ils pourront se rendre dans leur demeure, détruite. Agathe s’inquiétait pour le pillage et pour son chat.

Un couple pose au coin d'une rue, un policier parle avec des citoyens derrière.Agathe Carrière et Alain Bourgeois habitent la rue Daniel-Johnson, le secteur le plus gravement touché par la tornade. Ils étaient encore sous le choc samedi d'avoir perdu leur appartement. Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

« J’aimerais aller chercher ma chatte, elle est encore dans l’appartement. Est-ce qu’elle est vivante? Blessée? On n'a aucune information », déplore-t-elle, pendant que son mari maugrée contre la présence de politiciens.

« Est-ce qu’ils sont là pour aider réellement ou mousser leur candidature? », se demande Alain Bourgeois.

Faire son travail de chef

Interrogé sur cette apparence d’opportunisme politique, Jean-François Lisée a défendu sa décision.

« Si ça augmente le nombre de dons à la Croix-Rouge, on aura fait notre travail », a indiqué le chef péquiste.

« Ça va aider ces personnes beaucoup plus que si on [les chefs] était chacun dans un coin du Québec à faire une annonce sur autre chose », a-t-il insisté.

Des journalistes suivent les deux chefs dans les rues du quartier dévasté.Philippe Couillard et Jean-François Lisée visitent le secteur de Mont-Bleu, le quartier plus affligé par la violente tornade de vendredi soir, devant une horde de journalistes. Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

Le chef de la Coalition avenir Québec a également défendu cette présence en insistant sur l’importance de démontrer une solidarité politique et d'inviter la population à faire des dons.

« Il faut soutenir les gens de Gatineau, il faut montrer notre solidarité […]. C’est important d’être tous unis derrière le premier ministre. Je pense que M. Couillard a fait ce qu’il fallait faire », a déclaré François Legault.

Dépense électorale ou de fonction?

La loi électorale définit de façon très large une « dépense électorale ». Dans le cas de ces visites à Gatineau, il pourrait aussi s’agir d’un déplacement effectué dans le cadre des « fonctions » de premier ministre sortant ou de chef de l’opposition officielle, pour ce qui est de Philippe Couillard et de Jean-François Lisée.

M. Couillard, tout comme François Legault, a choisi de ne pas se rendre sur place avec son autobus de campagne. Jean-François Lisée et Manon Massé ont fait l’inverse. Le Parti québécois précise toutefois avoir utilisé un véhicule de fonction une fois sur place pour se rendre dans la zone sinistrée.

Définition d'une dépense électorale, au sens de la loi

Le coût de tout bien ou service utilisé pendant une période électorale pour notamment favoriser ou défavoriser directement ou indirectement l’élection d’un candidat ou celle des candidats d’un parti.

Avec la collaboration de Romain Schué et Joëlle Girard

Politique provinciale

Politique