•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

François Legault se défend de ne pas parler d’environnement

François Legault.
François Legault assure que parler d'un troisième lien routier à Québec et de la défense de l'environnement n'est pas incompatible. Photo: Radio-Canada / Mathieu Bolduc

La tornade qui a balayé Gatineau ramène sur le tapis l'enjeu des changements climatiques, qui a été selon certains trop peu discuté pendant cette campagne électorale. François Legault s'est d'ailleurs défendu samedi de reléguer l'environnement au second plan, disant se donner « l'objectif » d'atteindre les cibles fixées par Québec en matière de réduction de gaz à effet de serre (GES).

Un texte de Romain Schué

François Legault a dit samedi être « d’accord » avec les cibles gouvernementales actuelles. Québec est pourtant loin de ses objectifs. Dans un plan d’action 2013-2020, le gouvernement s’était engagé à réduire de 20 % les GES de la province d’ici 2020, par rapport au niveau de 1990.

Or, en 2015, selon les dernières données publiées, la réduction n’atteint que 8,8 %. Pour 2030, le gouvernement a également fixé à 37,5 % la réduction de ces émissions.

« Je veux qu’on garde ces cibles-là, puis qu’on prenne les moyens pour y arriver », a déclaré M. Legault.

S'y engage-t-il? « C’est l’objectif que je me donne », a-t-il répondu, en demandant plus de transparence au gouvernement sortant « pour voir si on a effectivement toutes les mesures en place pour atteindre les cibles ».

« Mais moi, je veux atteindre les cibles qu’on s’est données, que tous les pays dans le monde se sont données », a-t-il clamé.

Des autoroutes nécessaires, explique Legault

Pourtant, durant cette campagne électorale, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) a rarement abordé l’environnement et la lutte contre les changements climatiques. Aucune annonce n’a spécifiquement été faite à ce sujet.

À la lecture des engagements des partis politiques, un consortium de groupes environnementaux québécois a même récemment placé la CAQ au dernier rang.

En faisant la promotion, durant cette campagne, d’un troisième lien routier à Québec ainsi que de la prolongation ou de l’élargissement de diverses autoroutes, François Legault a rejeté samedi l'idée qu'il soit en contradiction avec la lutte contre les changements climatiques.

Ces mesures routières sont nécessaires pour la population, a-t-il assuré. « Quand vous venez dans le nord de la couronne nord, il n’y a pas partout une densité suffisante pour avoir du transport en commun », a-t-il soutenu.

Il faut continuer d’être capable de circuler [en voiture] dans des délais qui sont raisonnables.

François Legault, chef de la CAQ

Lorsqu’un journaliste lui a répliqué que cet argument ne tenait pas la route à Québec, le chef de la CAQ a souligné que la circonscription de Chaudière-Appalaches, qui comprend la municipalité de Lévis, ne présente pas une telle densité « partout ».

« Les gens de Chaudière-Appalaches qui ont à se rendre à Québec ont le droit de s’y rendre dans un délai raisonnable », a-t-il lâché.

L’hydroélectricité pour « sauver la planète »

François Legault n'a cependant pas nié les dérèglements climatiques, en prenant pour exemple la tornade qui a durement touché l’Ontario et Gatineau.

« Il y a toujours eu des tornades, mais c’est évidemment qu’actuellement, à cause des changements climatiques, il y a plus d’événements extrêmes comme on le voit », a-t-il souligné.

Les climatosceptiques, niant ces théories, « ont tort », a-t-il ajouté.

Pour lutter contre les changements climatiques, l’ex-homme d’affaires promet de « travailler très fort » pour exporter « plus d’hydroélectricité » dans le Nord-Est américain afin de « fermer des centrales au charbon et au gaz ».

Il n’y a pas de mur, on est tous sur la même planète. L’hydroélectricité pour remplacer ces centrales, ce serait la plus grande contribution que le Québec pourrait faire pour sauver la planète.

François Legault, chef de la CAQ

Ce dernier a également expliqué vouloir réduire le transport de marchandises par des poids lourds. « On est les champions du camion au Québec. Ce n’est pas normal », a-t-il assuré.

« Il faut qu’il y ait du transport de marchandises qui se fasse davantage par train et par bateau », a-t-il mentionné, en parlant de « l’autoroute naturelle » qu’est le fleuve Saint-Laurent.

« Il faut qu’il y ait plus de transport en commun. On appuie le transport en commun à Québec, à Montréal. On veut prolonger le REM sur la Rive-Nord, sur la Rive-Sud », a spécifié François Legault, en évoquant la possibilité de créer une station « au long de [l’autoroute] 440 ».

Lisée assure avoir le plan « le plus ambitieux »

Durant cette campagne électorale, Québec solidaire (QS) et le Parti québécois (PQ) sont les partis ayant le plus parlé d’environnement. Ce sujet est d’ailleurs au cœur de la vision proposée par Manon Massé pour séduire les électeurs.

Le PQ, qui compte notamment encourager le covoiturage, se targue quant à lui d’avoir « le plan de lutte [contre] la crise climatique le plus ambitieux, le plus pragmatique » et qui peut être « adopté rapidement », a soutenu samedi Jean-François Lisée, présent à Gatineau, à l’instar des autres chefs, après la tornade qui a frappé la région.

Cet événement, a-t-il déclaré, « rappelle aux gens qu’un parti politique moderne doit avoir un plan crédible, pragmatique et ambitieux. Ceux qui n’en ont pas ne sont pas au bon moment de l’histoire ».

De son côté, le Parti libéral du Québec a proposé vendredi d’interdire les pailles de plastique dans les bars et les restaurants, entre autres mesures.

Politique provinciale

Politique