•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cellulaire au volant : les policiers seront particulièrement à l'affût cette semaine

Un homme conduit tout en textant.
Utilisation du cellulaire au volant Photo: iStock / Tero Vesalainen
La Presse canadienne

L'utilisation du cellulaire au volant sera dans la mire des policiers du Québec ainsi que des contrôleurs routiers au cours de la prochaine semaine.

Une opération nationale vient d'être lancée, en collaboration avec la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ). Elle fait partie de la campagne de la SAAQ qui vise à démontrer que texter en conduisant est un geste tout aussi dangereux qu'irresponsable.

Le Code de la sécurité routière a été modifié au printemps dernier, afin, entre autres, d'augmenter la sévérité des sanctions liées à l'utilisation du cellulaire.

En fait, l’ensemble des appareils électroniques munis « d’un écran pouvant afficher de l’information et placés de manière à ce que le conducteur d’un véhicule routier puisse voir directement ou indirectement l’image transmise sur l’écran » sont visés par ces modifications. Les GPS, qui sont considérés comme une aide à la conduite, sont toutefois exclus des appareils prohibés.

Tout conducteur qui fait usage de tels appareils au volant d'un véhicule est passible d'une amende de 300 $ à 600 $ et de 5 points d'inaptitude. En cas de récidive à l'intérieur d'une période de deux ans, le contrevenant verra son permis de conduire suspendu immédiatement.

Pendant le mois de septembre, sous le thème « Tout le monde sait que c'est idiot de texter au volant », des messages seront diffusés à la télévision, à la radio et sur les médias sociaux.

Crimes et délits

Justice et faits divers