•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le policier Maxime Gobeil conduisait prudemment, selon un témoin

Maxime Gobeil sortant de la salle d'audience.
Maxime Gobeil au palais de justice de Roberval Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La preuve de la Couronne est maintenant close au procès du policier de la Sûreté du Québec (SQ) Maxime Gobeil, accusé de conduite dangereuse causant la mort. Deux automobilistes ont témoigné de ce qu'ils ont vu le jour de l'accident qui a coûté la vie à trois personnes âgées en 2015 à Dolbeau-Mistassini.

Gilles Simard circulait sur la route 169 quand il a vu le véhicule semi-banalisé arriver rapidement derrière lui, sirènes et lumières d'urgence allumées. Il s'est rangé sur le côté pour laisser passer Maxime Gobeil.

Le policier a ensuite ralenti avant de dépasser un autre automobiliste qui, lui, ne s'est jamais déplacé sur l'accotement. Le policier a agi de manière sécuritaire, selon le témoin.

La collision a eu lieu peu de temps après, tuant Georges Martel, 80 ans, sa conjointe et la mère de celle-ci. Les trois victimes sortaient d'un stationnement.

Un deuxième témoin, Dominic Savard, circulait dans la voie inverse lorsqu'il a vu le véhicule d'urgence arriver rapidement. Après l'avoir croisé, il a regardé dans son rétroviseur et a vu Maxime Gobeil empiéter dans la voie inverse avant l'impact.

En cette quatrième journée de procès, rien d'anormal n'a été révélé quant à la vue, à l'audition et à l'analyse toxicologique de la victime qui conduisait l'autre voiture.

D'après le reportage de Mélissa Paradis

Saguenay–Lac-St-Jean

Procès et poursuites