•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police de Thunder Bay blanchie après la mort d'un Autochtone en détention

Une voiture de patrouille du Service de police de Thunder Bay.

Roland McKay a été détenu dans une cellule du Service de police de Thunder Bay dans la nuit du 19 au 20 juillet 2017.

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Unité des enquêtes spéciales (UES) a blanchi la police de Thunder Bay après la mort de Marlon Jerry McKay survenue en juillet 2017, alors qu'il était détenu dans une cellule. L'homme de 50 ans était issu de la communauté autochtone de Kitchenuhmaykoosib Inninuwug, dans le nord-ouest de l'Ontario.

Dans un rapport dévoilé jeudi, l’UES explique qu’il n’y a aucun motif raisonnable de porter des accusations criminelles contre un agent quelconque du corps policier relativement au décès de M. McKay.

Le document indique que la police et les services d'urgence sont intervenus le soir du 19 juillet 2017 pour venir en aide à M. McKay. Un appel avait été placé au 911 à cet effet et les ambulanciers ont fini par conclure qu'il ne présentait pas de signes de détresse médicale.

L’homme, qui était en état d’ébriété, a été mis en détention temporaire après que la police ait été incapable de lui trouver une place dans un centre de désintoxication. Des agents avaient auparavant reconduit M. McKay à son domicile, mais un autre occupant de la résidence a refusé de le laisser entrer.

Peu après minuit, M. McKay qui ne respirait plus, a été transporté à l’hôpital où il a été déclaré mort.

L’UES précise avoir reçu des rapports du Centre des sciences judiciaires et du Service de médecine légale de l’Ontario, selon lesquels le décès de McKay est attribuable à une cardiopathie hypertensive.

L'UES est un organisme indépendant qui enquête lorsque des incidents ayant causé la mort, une blessure grave ou une agression sexuelle impliquent des policiers.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !