•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec solidaire l'a eu trop facile jusqu'ici, soutient Lisée

Les explications de Mathieu Dion
Radio-Canada

Jean-François Lisée réaffirme que c'était le bon moment pour demander jeudi soir à Manon Massé qui est le « vrai » patron de Québec solidaire. Le chef péquiste en a rajouté vendredi, en estimant que QS l'a eu facile avec les médias jusqu'ici dans la campagne.

Un texte de Julie Marceau

« Si, à partir d’aujourd’hui, il y a des questions qui sont posées plus équitablement envers tous les partis […] je pense que ça va être un service à rendre aux électeurs, parce que, pour l’instant, Québec solidaire a eu une free ride  », a déclaré M. Lisée en matinée.

« Il devrait y avoir des journalistes dans l’autobus de Québec solidaire pour poser les excellentes questions que vous me posez tous les jours. […] Je pense que Québec solidaire n’a pas eu à se livrer à une reddition de comptes quotidienne comme nous avons eu à le faire, les trois autres partis », a-t-il ajouté.

Jeudi soir, lors du débat des chefs, le chef du Parti québécois a interrompu un échange portant sur la santé pour questionner la co-porte-parole de Québec solidaire. « Qui est le chef de Québec solidaire et pourquoi il n’est pas au débat des chefs? », a demandé Jean-François Lisée.

« Je pense que M. Lisée est probablement le seul au Québec à ne pas savoir que Québec solidaire n’a pas de chef, a-t-elle lancé. On a deux co-porte-parole, vous le savez très bien. Alors je ne sais pas pourquoi il a insisté sur cette question-là. »

Un « bon timing » dit Lisée

Malgré un certain malaise ressenti chez des militants péquistes jeudi soir lors du rassemblement du parti, après le débat, Jean-François Lisée n’en démord pas : c’était la chose à faire à ce moment-là.

« C’était la question que je voulais poser, exactement au moment où je voulais la poser, d’autant que ça arrivait en début de débat avec Madame Massé et que c’est le genre de question préalable », a-t-il expliqué.

Moi je pense que c’était exactement le bon timing.

Jean-François Lisée, chef du Parti québécois

Lisée est « désespéré », dit QS

Sans vouloir commenter directement le traitement médiatique de la campagne de Québec solidaire, moins couverte par les médias nationaux, le co-porte-parole du parti, Gabriel Nadeau-Dubois, a soutenu vendredi que le Parti québécois tentait de faire diversion.

« Je vais laisser à Jean-François Lisée le loisir de faire des commentaires sur le traitement médiatique de Québec solidaire […] moi, ce que j’ai vu hier, c’est un chef de parti désorienté », a soutenu M. Nadeau-Dubois.

Je ne sais pas quelle mouche l’a piqué […] mais ça témoigne d’un chef qui a perdu le sens des priorités.

Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole de Québec solidaire

« Au lieu de parler des infirmières en burn-out, au lieu de parler de listes d’attentes dans les urgences […] la grande priorité de Jean-François Lisée, c’était de poser des questions sur la structure interne de Québec solidaire. […] Je pense que la conclusion à laquelle beaucoup de gens arrivent, c’est que M. Lisée est désespéré. Il a perdu le sens des priorités », a-t-il ajouté.

La « plus belle saison de ma vie » dit Lisée

En après-midi, lors d'un point de presse en compagnie de la mairesse Valérie Plante, où il a réitéré les promesses du parti, le chef péquiste a nié être « désespéré » ou « fatigué ».

Est-ce que j’ai l’air fatigué ? Moi, je suis régénéré par cette campagne », a déclaré Jean-François Lisée, avant d’entonner un extrait de la chanson Les deux printemps de Daniel Bélanger.

« Quand je trouve que je suis dans mon élément et que les choses vont correctement, je fais des blagues et je me mets à chanter… et la chanson qui me vient en ce moment spontanément [en tête] avec ma blonde, c’est "la plus belle saison de ma vie". Alors ça va très bien », a conclu le chef péquiste.

Politique provinciale

Politique