•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jour 29 de la campagne électorale dans l’Est-du-Québec

Philippe Couillard parle dans un micro dans la verrière du Palais des congrès.

Aujourd'hui, c'était au tour de Philippe Couillard d'y aller d'une réponse qui a soulevé énormément de controverse.

Photo : Radio-Canada / Dany Pilote

Radio-Canada

Après les difficultés de François Legault à répondre à des questions de base sur l'immigration, qui ont marqué la fin de semaine dernière et le début de la semaine, c'était aujourd'hui au tour de Philippe Couillard d'y aller d'une réponse qui a soulevé énormément de controverse.

En réponse à la question d’un animateur de radio de la région de Montréal qui lui demandait s’il était possible de nourrir une famille d'un adulte et deux adolescents pour 75 $ par semaine, Philippe Couillard a dit que oui.

Il a tenté plus tard de nuancer ses propos, mais, rapidement, sa réponse a été reprise et commentée par de nombreux Québécois.

Congrès de la FQM

Les chefs des quatre principaux partis se sont retrouvés au congrès annuel de la Fédération québécoise des municipalités (FQM). Ils y ont pris l'engagement de décentraliser les services de l'État dans les régions.

La Coalition avenir Québec a promis de transférer vers les régions des fonctionnaires en poste à Québec. Un engagement semblable a été pris par les péquistes et les libéraux au congrès de la FQM, qui avait invité les quatre chefs à sa tribune.

M. Legault répond aux questions des journalistes.

Le chef de la CAQ, François Legault, à sa sortie du congrès de la FQM, jeudi midi.

Photo : Radio-Canada / Cimon Leblanc

Le maire de Gaspé, Daniel Côté, affirme que c'est de la musique aux oreilles des élus municipaux. Il reste maintenant au prochain gouvernement à tenir parole, selon lui.

Daniel Côté répond aux questions de journalistes devant un bateau de pêche.

Le maire de Gaspé, Daniel Côté.

Photo : Radio-Canada

Les chefs des principaux partis croiseront le fer à nouveau en soirée lors du troisième débat télévisé, qui est organisé cette fois par TVA.

Les quatre participants au dernier débat des chefs, sur le plateau du réseau TVA.

Philippe Couillard (PLQ), François Legault (CAQ), Jean-François Lisée (PQ) et Manon Massé (QS) s'affrontent pour une dernière fois à l'occasion d'un débat télévisé.

Photo : Courtoisie Agence QMI/Sé?bastien St-Jean

Gaspésie

La ministre de l'Économie, Dominique Anglade, était en tournée en Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent aujourd'hui pour prêter main-forte aux candidats libéraux.

À Matane, en compagnie de la candidate de Matane-Matapédia, Annie Fournier, elle a rencontré des gens d'affaires.

La ministre de l'Économie, Dominique Anglade, et la candidate dans Matane-Matapédia, Annie Fournier.

La ministre de l'économie, Dominique Anglade et la candidate dans Matane-Matapédia, Annie Fournier

Photo : Radio-Canada / Brigitte Dubé

Les gens d'affaires ont pu présenter leur entreprise et exprimer leurs besoins.

Sans surprise, la pénurie de main-d'oeuvre a monopolisé les discussions.

Des entrepreneurs en pleine expansion ont expliqué que cette pénurie freinait leur élan et ont demandé des mesures pour accélérer le recrutement. La formation fait partie de ces solutions, selon eux.

Ce que les gens nous disent, ce que les entrepreneurs nous disent, ce que différents milieux nous racontent, évidemment, la question de la main-d’oeuvre est un enjeu fondamental, ici également et on le sent partout où je suis allée, on m’en a encore parlé, fait valoir Dominique Anglade. Cet enjeu de main-d’oeuvre, je pense que le Parti libéral a clairement exprimé sa volonté d’agir concrètement pour soutenir la main-d’oeuvre.

Bas-Saint-Laurent

Les candidats des quatre principaux partis dans Rivière-du-Loup-Témiscouata ont débattu jeudi devant près de 200 étudiants au Cégep de Rivière-du-Loup.

C'est le thème de la santé qui a donné lieu aux échanges les plus vifs, entre autres sur l'attente dans les urgences et sur les conditions de travail du personnel du réseau de la santé.

Le député sortant, Jean D'Amour, a été la cible des tirs des candidats des autres partis, qui blâment le Parti libéral pour l'état actuel du système de santé.

Jean D'Amour, candidat du PLQ.

Jean D'Amour, candidat du PLQ

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Le candidat du Parti québécois, Vincent Couture, a accusé le gouvernement Couillard d'avoir imposé des compressions importantes dans le réseau de la santé, ce qu'a nié le libéral Jean D'Amour.

On en vit les conséquences, monsieur D’Amour : 2015-2018, 66 millions de coupures uniquement au Bas-Saint-Laurent. Vous ne pouvez pas dire que c’est un succès, a lancé Vincent Couture.

Vincent Couture, candidat du PQ.

Vincent Couture, candidat du PQ

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Le candidat caquiste dans Rivière-du-Loup-Témiscouata, Denis Tardif, s'engage à ajouter du personnel spécialisé dans les écoles pour aider les élèves du territoire.

Denis Tardif, candidat de la CAQ.

Denis Tardif, candidat de la CAQ

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Il dénonce que les libéraux aient sabré ce type de services au cours des dernières années. Selon lui, ce sont les élèves les plus vulnérables qui ont souffert des compressions dans le milieu de l'éducation.

Cette déclaration s’inscrit dans la foulée de la volonté de la CAQ de proposer un plancher de services professionnels dans toutes les écoles de la province.

La formation politique de François Legault veut également mettre en place un financement stable et récurrent pour ne pas avoir à réduire les services aux élèves en difficulté, en plus de réviser le règlement sur l'école à la maison.

Côte-Nord

L’avenir du projet Apuiat de production d’électricité à partir d’éoliennes au nord de Port-Cartier est revenu dans l’actualité aujourd’hui.

Une éolienne et le soleil.

Une éolienne en Ontario.

Photo : Yvon Thériault/Radio-Canada

Le chef libéral, Philippe Couillard, a été appelé à réagir au dévoilement par Québecor des détails de cette entente entre Hydro-Québec, Boralex et la nation innue.

Cette entente n'obligerait pas l'entreprise Boralex à acheter des composants au Québec.

Le chef libéral, qui défend ce projet, reconnaît que les partenaires ont la liberté de choisir leurs fournisseurs, mais il compte exiger du contenu québécois, sans toutefois préciser comment.

Ses adversaires n'ont pas manqué de rappeler que les autres contrats de parcs éoliens exigeaient du contenu québécois

Côte-Nord

Politique provinciale