•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après la pyrrhotite, les anciens dépotoirs?

Des maisons en rangée
Des maisons en rangée de la rue Patry à Trois-Rivières, secteur Cap-de-la-Madeleine Photo: Radio-Canada / Marie-Pier Bouchard
Radio-Canada

Il pourrait y avoir plus de bâtiments construits sur d'anciens dépotoirs qu'on ne le pense à Trois-Rivières, si on se fie à certains citoyens. Chose certaine, c'est un nouveau défi pour les courtiers immobiliers qui gèrent déjà la pyrrhotite depuis quelques années.

Un texte de Marie-Pier Bouchard

Sylvie Lessard et son voisin Jean Dufresne ne comprennent pas pourquoi leurs terrains ne se retrouvent pas sur la carte des anciens dépotoirs de la Ville de Trois-Rivières.

Leurs maisons s’enfoncent et ils affirment que des voisins plus âgés leur ont déjà dit qu’ils habitaient sur un ancien dépotoir.

Ils habitent des maisons en rangée construites dans les années 1970 sur la rue Patry, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine. Depuis qu’elle a acheté sa maison en 2001, Sylvie Lessard dit avoir réalisé plusieurs travaux majeurs.

La maison bouge, ça craque, la maison n’est pas droite. Elle n’est pas au niveau et c’est toujours à recommencer.

Sylvie Lessard, propriétaire
Sylvie Lessard prétend que sa maison est située sur un ancien dépotoir et qu'elle ne l'aurait jamais achetée si elle avait su.Sylvie Lessard prétend que sa maison est située sur un ancien dépotoir et qu'elle ne l'aurait jamais achetée si elle avait su. Photo : Radio-Canada

La Trifluvienne raconte que les travaux de stabilisation lui ont coûté, jusqu’à maintenant, au moins 80 000 $. Selon elle, à certains endroits, il a fallu creuser jusqu’à sept mètres pour s’appuyer sur du solide. Malgré tout, elle prétend que sa maison bouge encore.

Une fissure Une fissure dans le solage d'une maison en rangée de la rue Patry, à Trois-Rivières, secteur Cap-de-la-Madeleine Photo : Radio-Canada

Son voisin, Jean Dufresne, dit être confronté au même problème.

Les planchers sont en pente, des fissures apparaissent chaque année.

Jean Dufresne, propriétaire
La maison de Jean Dufresne s'enfonce et il prétend que c'est parce qu'elle est construite sur un ancien dépotoir du secteur Cap-de-la-Madeleine à Trois-Rivières.La maison de Jean Dufresne s'enfonce et il prétend que c'est parce qu'elle est construite sur un ancien dépotoir du secteur Cap-de-la-Madeleine à Trois-Rivières. Photo : Radio-Canada

Un ancien dépotoir?

Un voisin plus âgé, aujourd’hui décédé, aurait raconté à Sylvie Lessard qu’il a vu des gens sortir des carcasses de voitures avant de bâtir sur ces terrains.

Le frère de Jean Dufresne prétend aussi qu’il s’agit d’un ancien dépotoir. Il se souvient s’y être aventuré souvent quand il était enfant.

Je venais jouer ici dans ce trou-là. Je venais en bicycle. J’ai vu des vieilles télévisions, de l’asphalte, du bois.

Guy Dufresne, frère de Jean Dufresne
Guy Dufresne, citoyen de Trois-RivièresGuy Dufresne, citoyen de Trois-Rivières Photo : Radio-Canada

Pourquoi ne l’a-t-il pas mentionné à son frère lors de l’achat de la maison? Guy Dufresne répond qu’il lui a annoncé une fois que la transaction a été conclue.

Sylvie Lessard affirme avoir questionné la Ville et, selon elle, on lui aurait dit qu’il était impossible de savoir si sa maison se trouvait sur un ancien dépotoir parce que les documents ont été perdus lors de la fusion municipale.

À cette question, la Ville répond qu’elle ne possède aucun document au sujet de ce site.

La Ville de Trois-Rivières a décidé de publier la carte des anciens dépotoirs sur son site web (Nouvelle fenêtre) quelques heures après la diffusion du reportage de Radio-Canada.

Rappelons que Radio-Canada révélait le 19 septembre que, selon des documents obtenus grâce à la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels, près de 200 bâtiments sont construits sur d’anciens dépotoirs à Trois-Rivières.

Une carte incomplète?

Mais est-ce que la carte est complète? La Ville de Trois-Rivières ne peut répondre à cette question avec certitude, expliquant que la carte a été produite à partir de documents d’archives et des souvenirs de certains citoyens.

Est-ce qu’il y en a d’autres? C’est une bonne question. Je ne vous dirai pas non à 100 % parce qu’on ne peut pas le savoir. On n’a pas les documents qui nous le prouvent.

Yvan Toutant, porte-parole de la Ville de Trois-Rivières

Le porte-parole ajoute que si des citoyens possèdent d’autres informations ou des documents pertinents, la Ville « est ouverte à les écouter » et à modifier la carte au besoin.

Sylvie Lessard et son voisin Jean Dufresne craignent maintenant de ne pas pouvoir vendre leurs maisons et ils estiment que la Ville de Trois-Rivières devrait faire quelque chose.

C'est pas de ma faute. J'ai acheté ici et il manque de l'information. Avoir su, je n'aurais pas acheté. C'est trop de dépenses, trop de casse-têtes.

Sylvie Lessard, propriétaire
Des fissures sur un mur blanc.Des fissures sont apparues sur le mur extérieur de cette maison de la rue Patry, à Trois-Rivières, secteur Cap-de-la-Madeleine. Photo : Radio-Canada

Le nouveau défi des courtiers immobiliers

Les courtiers immobiliers sont directement touchés par la publication de la carte des anciens dépotoirs sur le site web de la Ville de Trois-Rivières.

Comme l’information est maintenant publique et accessible facilement, ils devront rapidement modifier les inscriptions des maisons qui sont à vendre dans les secteurs identifiés sur la carte.

C’est sûr que c’est une bombe pour nous. On doit déjà gérer la pyrrhotite.

Julie Boulianne, courtière en immobilier
Julie Boulianne, courtière en immobilierJulie Boulianne, courtière en immobilier Photo : Radio-Canada

Julie Boulianne prend cette situation très au sérieux et elle va rencontrer son équipe dès vendredi pour s’assurer que tout le monde tienne compte de ce nouveau document disponible.

« Nous, on n’en avait pas entendu parler autant. On savait qu’il y avait quelques petites zones, mais là on voit qu’il y en a plusieurs. Il va falloir s’assurer que toutes les vérifications soient faites », ajoute Mme Boulianne.

La Chambre immobilière de la Mauricie n’a pas tardé à réagir à la suite de la diffusion du reportage de Radio-Canada.

La directrice générale, Lise Girardeau, dit avoir envoyé un message à tous les courtiers immobiliers de la région à ce sujet.

Mauricie et Centre du Québec

Environnement