•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un tribunal donne raison au CAUREQ d'imposer des sanctions à trois de ses employés

L'incendie a ravagé un garage de ferme au Bic et s'est propagé dans le champ avoisinant
L'incendie a ravagé un garage de ferme au Bic et s'est propagé dans le champ avoisinant Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Un tribunal d'arbitrage confirme le bien-fondé de la décision du Centre d'appels d'urgence de l'Est-du-Québec (CAUREQ) d'imposer des mesures disciplinaires à trois de ses employés. Ces mesures ont été imposées à la suite d'erreurs commises lors d'une intervention au sujet d'un incendie sur une ferme du Bic en mai 2016.

L'arbitre souligne la bonne foi des employés, mais il affirme que des erreurs ont quand même été commises, ce qui a retardé l'intervention des pompiers.

Le syndicat de la centrale d'urgence 911 envisage de contester la décision de l'arbitre.

Parmi les motifs invoqués, il indique qu'au moment des événements, sept employés plutôt que huit étaient en poste, que la moitié de ces employés étaientt en probation, qu'il n'y avait pas de superviseur et que le volume d'appels d'urgence était important.

Un répartiteur 911 devant son ordinateurUn répartiteur 911 devant son ordinateur Photo : Radio-Canada / Emilio Avalos

Le maire de Rimouski, Marc Parent, qui siège à l'exécutif du CAUREQ, affirme que les pompiers n'ont rien à se reprocher.

Le délai d’intervention, ça a été 17 minutes avant que le premier camion n’arrive. Ce qui est extrêmement rapide parce que c’est une distance de 20 kilomètres.

Marc Parent, maire de Rimouski

Le propriétaire de la ferme où a eu lieu l'incendie, Donald D'Astous, dit qu'il s'est écoulé environ 45 minutes entre le moment où son fils a téléphoné au 911 et l'arrivée des premiers pompiers.

Il s'interroge sur ce délai d'intervention, mais il se réjouit de voir que l'épreuve qu'il a vécue a connu des suites administratives.

Je suis bien content qu’il y ait du monde qui nous protège, malgré tout.

Donald D’Astous, propriétaire de la ferme

L'incendie a détruit un garage. Il n’a fait ni mort ni blessé.

D’après les informations de Denis Leduc

Bas-Saint-Laurent

Services publics