•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Rohingyas sont victimes d'un génocide, estime la Chambre des communes

Des réfugiés rohingyas marchent sur le rivage après avoir traversé la frontière entre le Bangladesh et le Myanmar en bateau à travers la baie du Bengale, à Shah Porir Dwip, Bangladesh le 11 septembre 2017.

Au début de la semaine, le Conseil des droits de l'homme des Nations unies a publié un rapport qui documente le ciblage systématique des civils rohingyas par les militaires, y compris les viols collectifs de masse, l'esclavage sexuel et la destruction de centaines de villages.

Photo : Reuters / Danish Siddiqui

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Chambre des communes a adopté à l'unanimité, jeudi, une résolution visant à reconnaître les crimes contre les Rohingyas, une minorité musulmane, comme un génocide.

La résolution, présentée par le député libéral Andrew Leslie, appuie les conclusions d'une mission d'enquête des Nations unies sur la façon dont l'armée du Myanmar a commis des crimes contre les Rohingyas et d'autres minorités.

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a indiqué sur Twitter que le Canada continuerait de travailler avec ses partenaires pour demander des comptes aux responsables de ces crimes, ajoutant que les Canadiens sont aux côtés des Rohingyas.

Au début de la semaine, le Conseil des droits de l'homme des Nations unies a publié un rapport sur sa mission d'enquête dans trois États du Myanmar.

Le rapport détaillé documente le ciblage systématique des civils rohingyas par les militaires, y compris les viols collectifs de masse, l'esclavage sexuel et la destruction de centaines de villages.

Le Canada a engagé 300 millions de dollars sur trois ans pour soutenir les populations déplacées et d'autres populations vulnérables dans la région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !