•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une initiative pour se rapprocher des Métis en région rurale

Tournée de l'Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba à Saint-Laurent.

Rencontre avec la communauté métisse de Saint-Laurent dans le cadre de la tourneé organisée cet été par l'UNMSJM.

Photo : Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba

Radio-Canada

L'Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba a organisé cet été une première tournée de communautés rurales du Manitoba pour se rapprocher des Métis qui y vivent et mieux connaître leurs préoccupations.

Un texte de Abdoulaye Cissoko

L'organisme, qui regroupe depuis plus de 100 ans les Métis francophones du Manitoba, a visité quatre communautés : Saint-Malo, La Broquerie, Saint-Laurent et Saint-Claude.

Selon la présidente de l'Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba (UNMSJM), Paulette Duguay, l'idée de cette tournée est née de rencontres avec des Métis de certaines de ces localités. « Nous avons par exemple rencontré des gens de La Broquerie lors d'un événement ici à Saint-Boniface et ils nous ont demandé d'aller dans leur communauté et d'y faire une présentation de l'Union. On a vu qu'il y avait de l'intérêt. C'était donc l'élément déclencheur de cette tournée », explique-t-elle.

Paulette Duguay dit que la tournée a été bénéfique et est satisfaite du résultat. Selon elle, ces déplacements ont notamment permis de se rapprocher de ces communautés et de leur montrer que l'organisme a envie de connaître leurs idées.

C'est d'autant plus positif, affirme Paulette Duguay, que ce n'était pas gagné d'avance : « Nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre. Nous avions juste fait une annonce pour inviter les gens à ces rencontres très informelles. Il n'y avait aucun ordre du jour. »

L'accueil des communautés

Selon Mme Duguay, les résidents de Saint-Laurent et de La Broquerie, par exemple, sont venus en grand nombre, et la tournée a permis d'envisager des projets.

« À Saint-Laurent, il est question de participer à leur prochain souper paroissial et aussi d'organiser une soirée dansante sur place, peut-être avant Noël, si tout va bien », dit-elle.

Première tournée de l'Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba en région rurale, à La Broquerie.

L'Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba a rencontré la communauté métisse de La Broquerie dans le cadre sa première tournée en région rurale.

Photo : Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba

À La Broquerie, une coordinatrice d'un centre de la petite enfance locale souhaite obtenir un appui de l'Union pour promouvoir l'histoire des Métis et du Manitoba français une programmation destinée aux familles et aux enfants, ajoute Paulette Duguay.

À Saint-Claude, cependant, une seule personne, Lucille Bazin, est allée à la rencontre des responsables de l'Union. Pour la présidente de l'UNMSJM, c'était une déception. « Je savais qu'il y a des familles métisses dans la région qui n'aiment pas revendiquer leur identité. De là à le sentir, ça m'a crevé le coeur. Mais c'est une réalité. Aujourd'hui encore, il y a ce complexe d'infériorité », déplore-t-elle.

Paulette Duguay, présidente de l'Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba.

Paulette Duguay, présidente de l'Union nationale métisse Saint-Jospeh du Manitoba dit que l'organisme a beaucoup appris dans le cadre cette tournée.

Photo : Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba

Selon Lucille Bazin, il y aurait une dizaine de familles d'origine métisse à Saint-Claude, à Haywood et à Portage-la-Prairie. « Mais culturellement, presque personne ne revendique son identité métisse. Je ne sais pas pourquoi », dit-elle.

L'Union souligne que, de ce point de vue, la tournée a été l'occasion d'un réel apprentissage, en montrant qu'il y a encore beaucoup à faire pour aider les gens à surmonter cette gêne.

D'ailleurs, l'UNMSJM compte refaire cette expérience l'été prochain en se rendant dans d'autres communautés métisses, comme Elie ou Saint-Eustache. « Un jour, j'aimerais qu'on puisse se rendre aussi à Thompson pour y rencontrer des Métis francophones », note Paulette Duguay.

Ces tournées représentent un défi financier pour un organisme sans budget comme l'UMSJM. Sa présidente précise que les membres du conseil d'administration ont tous couvert leurs frais de déplacement durant cette première tournée en région.

Manitoba

Francophonie