•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal achète un autre terrain pour agrandir le parc-nature de l'Anse-à-l'Orme

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, et le maire de Beaconsfield, Georges Bourelle.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, et le maire de Beaconsfield, Georges Bourelle, annonçant l'acquisition d'un terrain vacant pour agrandir le parc-nature de l'Anse-à-l'Orme

Photo : Radio-Canada / Diana Gonzalez

Radio-Canada

L'agglomération de Montréal a fait l'acquisition pour un peu plus de 14 millions de dollars d'un terrain vacant de 18 hectares dans le secteur du bois Angell, à Beaconsfield, dans l'ouest de l'île, pour agrandir le parc-nature de l'Anse-à-l'Orme.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, et le maire de Beaconsfield, Georges Bourelle, en ont fait l'annonce jeudi après-midi à l'hôtel de ville de Montréal.

« C'est une grande victoire, s'est réjoui Georges Bourelle. Il s’agit d’une acquisition majeure et stratégique pour la région de Beaconsfield, pour laquelle nous travaillons depuis des années. »

Nos citoyens auront un accès privilégié et garanti à un espace vert de qualité pour y marcher, s’y détendre et s’y amuser.

Georges Bourelle, maire de Beaconsfield
Carte du parc-nature de l'Anse-à-l'Orme.

Carte indiquant en jaune le nouvel agrandissement du parc-nature de l'Anse-à-l'Orme

Photo : Ville de Montréal

« C'est une forêt centenaire, c'est une oasis dans les banlieues, ajoute le président de l'Association pour la protection du bois Angell, Stephen Lloyd. Il y a des centaines de personnes qui se promènent là-dedans pour trouver un peu de paix. C'est une vraie forêt sauvage avec des espèces rares. »

Création d'un parc national urbain

L’achat du terrain permettra de compléter le corridor écoforestier qui reliera le parc-nature du Cap-Saint-Jacques, à Pierrefonds, au bois Angell, à Beaconsfield, en passant par Sainte-Anne-de-Bellevue et Kirkland.

Il s'agit d'« un pas de plus vers la création d'un parc national dans l'ouest de l'île », a dit Mme Plante, en référence à son projet de créer un parc national urbain dont ferait partie l'Anse-à-l'Orme.« À terme, nous souhaitons que les usagers du parc-nature de l'Anse-à-l'Orme puissent emprunter ce couloir de verdure à pied, à vélo, ou en ski de fond et aussi faire de la randonnée depuis le bois d'Angell à Beaconsfield jusqu'au Cap Saint-Jacques à Pierrefonds », explique-t-elle.

« À terme, nous souhaitons que les usagers du parc-nature de l'Anse-à-l'Orme puissent emprunter ce couloir de verdure à pied, à vélo, ou en ski de fond et aussi faire de la randonnée depuis le bois d'Angell à Beaconsfield jusqu'au Cap Saint-Jacques à Pierrefonds », explique-t-elle.

« Ultimement, ce sera un lien naturel exceptionnel entre les deux rives de l’île dans l’ouest », a expliqué le maire de Beaconsfield.

En mai dernier, l'agglomération de Montréal avait fait l'acquisition d'un terrain vague de 14 hectares dans la municipalité de Sainte-Anne-de-Bellevue, là aussi afin d'agrandir le parc-nature de l'Anse-à-l'Orme.

Grand Montréal

Politique municipale