•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
analyse

10 choses à savoir avant d’aller voter

Montage montrant des plans rapprochés des quatre chefs.
Les chefs François Legault (CAQ), Philippe Couillard (PLQ), Manon Massé (QS) et Jean-François Lisée (PQ). Photo: La Presse canadienne
Gérald Fillion

ANALYSE - Nous sommes dans la dernière ligne droite de la campagne électorale, le vote par anticipation va commencer. Voici 10 données qui pourraient vous aider à mieux comprendre certains enjeux avant d'aller voter.

Déficit. À la lecture des cadres financiers, tous les partis ont le potentiel de ramener le Québec en déficit budgétaire dans les prochaines années. D’ailleurs, Carlos Leitao, du PLQ, a confirmé, lors du débat sur les finances publiques à RDI économie mercredi soir, qu’une récession pourrait mener à un déficit budgétaire. Le PLQ et la CAQ ont des engagements qui s’élèvent à 2,7 milliards de dollars, le PQ, à 3,3 milliards, et QS, à 12,9 milliards de dollars.

Piger dans la réserve. Le PLQ est le parti qui prévoit utiliser le plus la réserve de stabilisation, qui se trouve à être l’accumulation des surplus des dernières années, pour équilibrer le budget des prochains exercices. Cette réserve, qui devrait servir en cas de coup dur, aide à financer plusieurs des promesses électorales de tous les partis et pourrait s’épuiser rapidement en période de récession.

Prudence? Le PLQ et la CAQ ont choisi de gonfler les prévisions de croissance du PIB du ministère des Finances pour ajouter des revenus dans leur cadre financier. La prudence serait de les réduire ou de les maintenir. Ces deux partis ont plutôt opté pour un optimisme jovial! La CAQ ajoute aussi des revenus qui seront difficiles à réaliser en prévoyant économiser 1,481 milliard de dollars en revoyant la gestion informatique, en coupant 5000 postes par attrition dans l’administration publique, en réduisant de 10 % les coûts d’approvisionnement et en évaluant la pertinence de certains programmes. Le PQ tient aussi pour acquis qu’il sera possible de mettre fin à l’entente de rémunération avec les médecins et inclut dans son cadre financier une somme économisée de 1,25 milliard de dollars.

12,9 milliards. QS a présenté un cadre financier assez bref, très dépensier et très ambitieux également pour aller chercher de nouveaux revenus. Comme l’expliquait Simon Tremblay-Pepin à RDI économie le 14 septembre, Québec solidaire propose une forme de révolution de la société québécoise, mot employé par Manon Massé et le candidat Tremblay-Pepin. Beaucoup d’argent dans la transition écologique, la gratuité scolaire, les CLSC et l’aide sociale. Beaucoup de revenus projetés, notamment en augmentant les impôts des mieux nantis et des entreprises.

52 388. C’est le nombre de personnes reçues au Québec en 2017. Une baisse à 40 000 représenterait une baisse de 24 %. Une réduction à 35 000 serait une baisse de 33,1 %.

6 %. C’est le taux de chômage des immigrants de 25 à 54 ans au Québec en août 2018 selon les données de Statistique Canada. Le taux est de 4,3 % chez les citoyens nés au Canada.

Cannabis? Je ne vois pas les revenus de la future Société québécoise du cannabis dans les cadres financiers. Cela dit, La CAQ veut obtenir 350 millions de dollars de plus des sociétés d’État en dividendes.

110 $ la tonne. QS a confirmé, sur notre plateau, qu’il ouvre la voie à une taxe carbone, qui atteindrait 110 $ la tonne en 2030. C’est environ 25 cents de plus sur le litre d’essence. Cette taxe serait accompagnée d’une compensation pour les moins nantis et remplacerait le marché actuel du carbone, que les autres partis veulent maintenir.

Génération dette. Les quatre partis prévoient modifier la composition du Fonds des générations, un outil mis en place en 2006 pour amasser des sommes et les faire fructifier afin de réduire la dette à long terme. La mission fondamentale vise l’équité intergénérationnelle. Or, tous les partis voient les choses autrement. Le PLQ a annoncé qu’il allait utiliser 2 milliards par année pendant cinq ans pour rembourser la dette. Le PQ est d’accord. La CAQ veut utiliser 10 milliards tout de suite, avant mars 2019, pour rembourser la dette et QS veut rediriger les versements prévus dans le Fonds vers la transition écologique. Or, le rendement moyen du Fonds depuis cinq ans est de 9,5 %, alors que le coût d'emprunt moyen du gouvernement est de 2,7 %.

19 %. La proportion de gens âgés de 65 ans et plus est passée de 14,6 % en 2008 à 19 % en 2018. Nous serons à 21,6 % en 2023. Depuis 10 ans, le taux de croissance annuel moyen des 65 ans et plus est de 3,5 %, alors qu’on assiste à une baisse de 0,3 % chez les 17-24 ans. Ces statistiques illustrent avec force le vieillissement de la population, le ralentissement de la croissance de la population active et, nécessairement, l’augmentation des charges sur les dépenses publiques.

Élections Québec

Économie