•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Apuiat : 50 % de contenu québécois dans le projet éolien, selon Philippe Couillard et les Innus

Une tour éolienne en forêt

Une éolienne

Photo : Radio-Canada / Brigitte Dubé

Radio-Canada

Le premier ministre Philippe Couillard et les Innus affirment que le projet éolien Apuiat, sur la Côte-Nord, comprendra un minimum de 50 % de contenu québécois. Le premier ministre l'a confirmé en conférence de presse, alors que les Innus l'ont fait par voie de communiqué.

Un texte de Marie-Christine Rioux

Dans leur communiqué, les Innus disent être confiants que le contenu québécois [du] projet se chiffrera au-delà de 50 %, en raison de l'expertise développée par l'industrie éolienne québécoise qui sera appelée à soumissionner sur les différentes composantes dans éoliennes.

Même son de cloche du côté du premier ministre, qui a affirmé qu'une large part du projet serait réservée au contenu québécois.

Boralex s'est déjà engagée à 50 % de contenu québécois.

Philippe Couillard, premier ministre du Québec

Une entente de principe a été signée entre Boralex, Hydro-Québec et les Innus le 22 août dernier.

Le premier ministre a précisé que le contrat entre les parties n'a pas encore été signé et que les clauses ne sont pas encore définitives.

Philippe Couillard parle dans un micro dans la verrière du Palais des congrès.

Philippe Couillard est d'avis que les échanges pendant la campagne électorale doivent plutôt être concentrés sur les projets, les mesures et les déclarations que les résultats des chefs à des questions quiz.

Photo : Radio-Canada / Dany Pilote

Une entente de principe, ce n'est pas un contrat. Quand il y aura le contrat, on confirmera avec Boralex, et c'est essentiel que le contenu québécois soit très élevé, a expliqué Philippe Couillard.

Appelé à commenter le dossier, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a dit espérer que l'exigence de contenu québécois soit bel et bien inscrite dans l'entente de principe.

Le coût de ce projet de 200 mégawatts est évalué à 600 millions de dollars. L'électricité qui sera produite par ce parc éolien est destinée à l'exportation, selon Philippe Couillard.

Les Innus estiment que le projet permettra la création de 300 à 400 emplois lors de la construction.

Côte-Nord

Élections Québec