•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dépenses d'agglomération : Labeaume veut faire appel, Loranger accueilli en rock star

Le boulevard Wilfrid-Hamel à L'Ancienne-Lorette
Le boulevard Wilfrid-Hamel à L'Ancienne-Lorette (archives) Photo: Radio-Canada / Radio-Canada/Aude Brassard-Hallé

Le maire de Québec promet de porter en appel le jugement rendu hier, qui condamne sa ville à rembourser environ 38 millions de dollars aux villes défusionnées de L'Ancienne-Lorette et de Saint-Augustin-de-Desmaures.

Dans sa décision rendue mercredi, le juge Bernard Godbout, de la Cour supérieure, en vient à la conclusion que les villes défusionnées ont payé trop cher pour certains services en commun, comme la police ou le service de prévention incendie.

« Avant d'être président de l'agglomération, je suis maire de la Ville de Québec et je dois protéger les payeurs de taxes de la Ville de Québec », a déclaré Régis Labeaume.

Selon le maire, le noeud du litige entre Québec et ses deux voisines est l'interprétation de la loi.

« C'est un problème depuis le début de la création de l'agglomération », insiste-t-il.

Ça me mène encore à penser que l'agglomération ne fonctionne pas et l'agglomération doit changer sa structure.

Régis Labeaume, maire de Québec

Si Québec conteste le jugement, ce n'est pas parce qu'elle n'a pas les moyens de payer, loin de là, indique le maire, qui fait état de plusieurs réserves totalisant plus de 100 millions de dollars.

« Je veux dire aux citoyens et aux citoyennes de la ville de Québec qu'ils ne s'inquiètent pas concernant ce dossier-là », renchérit Régis Labeaume.

Ceux qui pensent qu'ils ont des victoires, qu'ils déchantent. Il n'y a pas de victoire, rien de changé. On ne paiera rien, on s'en va en appel et on est partis vraiment pour un bout.

Régis Labeaume, maire de Québec

Loranger de retour à l'hôtel de ville

Le point de presse de Régis Labeaume a devancé d'une heure une séance du conseil municipal de L'Ancienne-Lorette durant laquelle le maire Émile Loranger a réagi.

Même si le conseil municipal lui demande de se tenir loin de la mairie en raison d'une plainte de harcèlement psychologique, M. Loranger a reçu un accueil chaleureux jeudi soir.

Il n'y avait pas assez de places dans la salle du conseil pour tous les citoyens présents.

Le maire Loranger entend retourner l’argent récupéré des frais d’agglomération aux citoyens en fonction du nombre d’années qu’ils ont été surfacturés.

« Si j'ai pris sur moi de faire ça, c,est parce que j'étais convaincu du bien-fondé de notre dossier. Qu'on aille en appel ou non, ça ne change rien », a-t-il déclaré.

Négocier avec Régis, ça veut dire : on fait ce qu'il dit. Si c'est ça, sa version de négocier, je ne suis pas intéressé.

Émile Loranger, maire de L'Ancienne-Lorette

Parmi les contribuables, il n'était pas difficile d'en trouver qui étaient prêts à appuyer leur maire dans la longue bataille.

« La réponse est là comme on veut. C'est juste désolant que le maire Labeaume ne puisse pas simplement admettre le jugement », a déclaré René Déry, un citoyen de L'Ancienne-Lorette présent lors de la séance du conseil municipal.

Québec

Politique municipale