•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un porno gai signé Socalled

Deux hommes nus figurent sur une des affiches de promotion du porno « The Housesitter » de Socalled.
L'histoire de Housesitter tourne autour de cet « ami qui arrose les plantes pendant qu'on est absent », explique le DJ Socalled. Photo: Socalled Films
Radio-Canada

On le connaît pour son hip-hop éclectique à la sauce klezmer, mais voilà que l'artiste multidisciplinaire Josh Dolgin, alias Socalled, ajoute une nouvelle corde à son arc : le porno gai.

L’idée de réaliser un film porno a surgi lors d'une rencontre avec un acteur dans cette industrie, raconte Socalled à la chroniqueuse culturelle du 15-18, Catherine Richer. « Je n’aime pas trop les pornos, mais j’ai aimé cet homme et j’ai vu qu’il était frustré par l’état du porno. C’est un peu sale, ce monde-là. »

Or, pour l’artiste, la sexualité recèle une grande part de beauté et ne devrait pas susciter le dégoût.

Je fabrique des marionnettes, je suis photographe, je suis magicien, j’aime la cuisine. (Rires) J’aime être créatif et inspiré, donc j’ai beaucoup d’intérêts et de loisirs.

Josh Dolgin

Après avoir récemment délaissé la pellicule pour un appareil photo numérique, Socalled s’est lancé dans l’écriture, le tournage et le mixage de The Housesitter, une bluette entre deux hommes à la facture surannée. La sexualité, elle, sera frontale sans être dénaturée.

« C’est une question d’éclairage, d’attitude de la part des acteurs, et de [cadrage], explique Josh Dolgin dans une langue chaloupée d’anglais. Quand je regarde maintenant [le film], et je l’ai montré aux autres, c’est vraiment quelque chose de spécial. »

Socalled dans un rare moment où il n'est pas en train de rigoler.Socalled dans un rare moment où il n'est pas en train de rigoler. Photo : Radio-Canada / Louis-André Bertrand

Fidèle à sa démarche musicale, Socalled a relevé la bande sonore de quelques morceaux du « tertre yiddish ».

Si l’expérience a été inoubliable, le réalisateur en herbe prévoit que son prochain film sera tout simplement normal. « Enfin, j’espère! », lance-t-il en éclatant de rire.

Le film The Housesitter sera projeté au Cinéma l'Amour (ancienne salle de projection yiddish) le 27 septembre prochain lors de Pop Montréal. Entre-temps, Socalled sort un nouvel album, Di Frosh, qui renoue avec la musique traditionnelle yiddish le 21 septembre.

Cinéma

Arts