•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marie-Claire Blais : « C'est toujours fascinant de découvrir de nouveaux auteurs »

Portrait rapproché de l'auteure, vêtue d'une veste magenta avec, en arrière-plan, un mur de roches.
L'écrivaine Marie-Claire Blais, en avril 2008 Photo: Radio-Canada / Christian Côté

À l'approche de ses 80 ans, Marie-Claire Blais a mis au printemps dernier la touche finale à un colossal cycle romanesque amorcé en 1995 avec Soifs. L'occasion pour l'auteure de consacrer plus de temps à son autre passion, la peinture, de faire du vélo et de prendre le pouls de la relève.

Marie-Claire Blais est née à Québec en 1939. Issue d'une famille modeste, elle doit interrompre ses études pour gagner sa vie. Cependant, tout en travaillant, elle suit des cours le soir à l'Université Laval. C'est là qu'elle rencontre deux personnes qui influenceront son avenir : Jeanne Lapointe, critique littéraire et mentor de plusieurs écrivains québécois, et le père Georges-Henri Lévesque, notamment un des fondateurs de l'École des sciences sociales de l'Université Laval, en 1938. Grâce à leur soutien, la jeune écrivaine publie son premier roman. C'est le début d'une carrière fructueuse.

Le 11 novembre 1966, c'est la consécration : Marie-Claire Blais reçoit le prix Médicis pour son roman Une saison dans la vie d'Emmanuel. Cette œuvre raconte la vie d'une famille québécoise du début du 20e siècle. Emmanuel, le dernier-né de la grande fratrie, est élevé par une grand-mère omniprésente au sein du foyer paternel. Autour de lui évoluent ses frères et sœurs ainsi que ses parents, des personnages qui refusent de vivre dans la misère malgré leur pauvreté.

Ce roman, traduit dans une dizaine de langues, est une des œuvres québécoises les plus lues dans le monde.

Plus de 50 ans plus tard, Marie-Claire Blais, qui travaille ces jours-ci à l'écriture d'un roman, d'une pièce de théâtre et d'un essai, a accepté de faire partie du jury du Prix de la nouvelle Radio-Canada.

C'est toujours fascinant de lire et de découvrir de nouveaux auteurs.

Marie-Claire Blais

Dans une nouvelle, on est pourtant loin de l'univers foisonnant de personnages aux destins enchevêtrés qui ont fait la marque de Blais au fil de son œuvre. Elle-même le reconnaît : par rapport au roman, la nouvelle est un véritable concentré, qui s'intéresse souvent à un seul personnage, une seule atmosphère. C'est, selon elle, « une voie plus intime vers l'écriture que le roman ». Mais il ne faudrait pas en déduire qu'écrire une nouvelle est facile.

La nouvelle est un genre aussi exigeant que le roman.

Marie-Claire Blais

À écouter :

Prix de la nouvelle inscrivez-vous maintenant

Livres

Arts