•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Orchestre symphonique de Montréal enchante les Innus de Maliotenam

L'orchestre symphonique joue de la musique
L'orchestre dirigé par Kent Nagano a interprété hier l'opéra de chambre Chaakapesh, le périple du fripon, inspiré d'une légende mille fois racontée dans les communautés autochtones. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Plus de 350 personnes ont ovationné l'Orchestre symphonique de Montréal (l'OSM), mercredi soir, dans la communauté innue de Maliotenam. Au programme de la soirée : Mozart, Beethoven, mais surtout l'opéra Chaakapesh, une oeuvre inspirée d'une légende algonquine.

Un texte de Jean-Louis Bordeleau

La légende revisitée par l'artiste Tomson Highway a été chantée en cri et en anglais et narrée en innu par Florent Vollant. Le public a également pu lire une traduction simultanée en français.

Dans la légende originale, c'est lui qui met en place le monde, raconte Florent Vollant. C'est lui qui place les étoiles et qui organise la lune, dans la légende originale innue.

Chaakapesh, c'est un petit tannant et en même temps, il est très utile. [...] Mais le Chaakapesh de Tomson Highway, il est fripon solide.

Florent Vollant, artiste

Tshakapesh existe partout en Amérique, explique Florent Vollant. Le récit diffère selon les régions, mais son pouvoir de faire rire est reconnu partout. Celui dont on parle vient des Cris du Manitoba.

Premier contact

Si l'événement a été un premier contact avec la musique classique pour beaucoup d'Innus, ce fut également un premier contact avec les Premières Nations pour de nombreux musiciens montréalais.

Kent Nagano, maestro de l'orchestre symphonique de Montréal, en pleine action à MaliotenamKent Nagano, maestro de l'orchestre symphonique de Montréal, en pleine action à Maliotenam Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Mes collègues et moi, on a vu des choses qu'on n'a jamais vues de nos vies.

Kent Nagano, maestro de l'Orchestre symphonique de Montréal

En entrevue à Bonjour la Côte, Kent Nagano racontait, avant le concert, que d'avoir un contact avec d'autres cultures, de voir le monde par un autre optique, une autre perspective, ça va sûrement changer nos vies dans une certaine manière.

Kent Nagano dirige un orchestre dans la salle Teueikan de MaliotenamL'orchestre dirigé par Kent Nagano a interprété hier l'opéra de chambre Chaakapesh, le périple du fripon, inspiré d'une légende mille fois racontée dans les communautés autochtones. Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

C'est très rassembleur, rajoute Florent Vollant qui dit lui-même apprendre de cette expérience.

Il y a une curiosité qui vient avec ça. J'apprends comment un orchestre symphonique fonctionne, comment travaille un maestro.

Florent Vollant devant un lutrin, souriantLa narration de Florent Vollant a fait exploser de rire la salle à de nombreuses reprises Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Cette représentation fut la dernière de la tournée de l'OSM. L'opéra a déjà été présenté dans des villages inuits du Québec, chez les Cris d'Oujé-Bougoumou et chez les Innus de Mashteuiatsh.

Le public a démontré [son] enthousiasme avant, pendant et après le spectacle, a commenté Kent Nagano à ce sujet. [Son] enthousiasme était tellement pur, libre et intense.

Un chanteur d'opéra en actionL'opéra de chambre Chaakapesh, le périple du fripon, a été chanté en cri et en anglais. Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

À la sortie du concert, les spectateurs semblaient tous avoir apprécié ce qu'ils avaient entendu.

C'est à voir encore et encore, a dit l'un d'entre eux.

Ça fait chaud au coeur et d'entendre [Florent Vollant] faire l'interprète, a commenté un autre.

Avec les informations d'Alix-Anne Turcotti

Côte-Nord

Musique