•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Possible de nourrir une famille pour 75 $ par semaine, croit Couillard

Le chef du PLQ Philippe Couillard
Philippe Couillard était de passage dans les studios d'Énergie 94,3 Montréal, jeudi matin. Photo: Radio-Canada / Bruno Boutin
Radio-Canada

Le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, estime qu'il est possible qu'une famille avec des adolescents arrive à se nourrir avec 75 $ par semaine, comme l'a suggéré l'homme d'affaires François Lambert en mars dernier.

Un texte de Jérôme Labbé

L’épineuse question a été posée à M. Couillard alors qu’il était en entrevue jeudi matin à l’antenne d’Énergie 94,3 Montréal.

Nourrir un adulte et deux adolescents avec 75 $ par semaine, « selon vous, est-ce que c’est réaliste? », a demandé l’animateur Philo Lirette.

« Je penserais que oui », a répondu le chef libéral. « Par contre, les menus ne seront pas très variés, a-t-il admis. On est pas mal sur le végétal! »

L'équipe de La Vérif s'est penchée sur la question. Conclusion? Selon les données du Dispensaire diététique de Montréal, un budget de 75 $ par semaine ne permet plus de nourrir une famille de trois depuis les années 1980.

Appelé à préciser sa pensée un peu plus tard, en marge du congrès de la Fédération québécoise des municipalités, M. Couillard a indiqué que, selon lui, nourrir une famille avec 75 $ par semaine se ferait inévitablement en faisant des « choix limités ». « On ne change pas beaucoup de menu et on ne va pas dans les aliments coûteux », a-t-il admis.

« C'est certainement très, très, très difficile, surtout [avec] des adolescents en croissance », a ajouté le chef libéral. « C'est pour ça qu'on veut augmenter le revenu disponible des gens; c'est pour ça qu'on a baissé les impôts; c'est pour ça qu'on augmente les crédits d'impôt de toutes sortes et qu'on lutte contre la pauvreté. »

« D'ailleurs, on est le seul parti qui a un plan de lutte à la pauvreté », a-t-il souligné, faisant référence au plan d'action gouvernemental dévoilé en décembre 2017.

M. Legault répond aux questions des journalistes.Le chef de la CAQ, François Legault, à sa sortie du congrès de la FQM, jeudi midi. Photo : Radio-Canada / Cimon Leblanc

Questionné à son tour, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a estimé qu'il déboursait environ 250 $ d'épicerie par semaine pour lui, sa femme et ses deux enfants de 24 et 25 ans.

Oh boy, je pense qu’il s’est trompé M. Couillard... encore une fois!

François Legault, chef de la CAQ

Quant à son homologue péquiste, Jean-François Lisée, il n'a pas voulu chiffrer son panier d'épicerie, mais il avait manifestement fait ses devoirs en matière de consommation des produits de base. « Je peux vous dire qu’une douzaine d’oeufs, c’est 2,40 $; je peux vous dire que deux litres de lait, c’est 3,40 $; je peux vous dire que la carte mensuelle de transport, c’est 85 $ », a-t-il répondu, de mémoire.

Dans un tweet publié jeudi après-midi, soit quelques heures avant le dernier débat des chefs, à TVA, Philippe Couillard a tenu à remettre les pendules à l'heure. « Malheureusement, des familles vivent avec 75 $ par semaine pour faire l’épicerie, a-t-il déploré. C’est pour que nos familles les plus vulnérables n’aient plus à vivre cette situation que nous avons mis en place le plus ambitieux plan de lutte contre la pauvreté de l’histoire du Québec. »

« Ben voyons donc », a pour sa tweeté la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé. « Comment peut-on aspirer à gouverner le Québec quand on est déconnecté de même de la vie des gens pour penser que 75 $ par semaine, c'est suffisant pour nourrir une famille? »

L'autre co-porte-parole de la formation, Gabriel Nadeau-Dubois, a pour sa part réagi par voie de communiqué en fin d'après-midi, écrivant que M. Couillard faisait preuve de « culot » en affirmant que son parti luttait contre la pauvreté, alors qu'il a « accordé des milliards de dollars aux Bombardier de ce monde ».

À l'inverse, écrit-il, « Québec solidaire s’est donné comme mission de lutter contre la pauvreté et d’améliorer la vie des gens [en augmentant] le salaire minimum à 15 $ l’heure, [en arrêtant] de faire des économies de bout de chandelle sur le dos des assisté-e-s sociaux, [en construisant] 50 000 nouveaux logements sociaux en 5 ans et [en mettant] sur pied un projet pilote de revenu minimum garanti ».

François porte une chemise et un veston.L'entrepreneur François Lambert. Photo : Attractions images / Yanick Macdonald Photographe

La sortie sur le sujet de l’ex-dragon François Lambert, en mars dernier, avait causé l’émoi sur les réseaux sociaux, plusieurs estimant qu’il est impossible, en 2018, de nourrir une famille avec un budget aussi bas que 75 $ par semaine.

Elle faisait suite à un article du Journal de Montréal portant sur une famille aisée ayant accepté de consacrer « seulement » 210 $ par semaine à l’épicerie – un exercice qui avait aussi attiré son lot de critiques.

M. Lambert a renchéri jeudi, en fin d'après-midi, en publiant sur Facebook son menu de la semaine et le détail de ses courses. En avançant un montant total de 54 $, excluant les déjeuners, il estime que c'est « très possible et extrêmement facile » de nourrir sa famille pour moins de 75 $ par semaine.

Combien coûte le panier d'épicerie? Entrevue avec Sylvie Rochette

La facture d'épicerie appelée à grimper

La déclaration de Philippe Couillard intervient alors que, 24 heures plus tôt, les chefs de la direction de trois grandes chaînes de supermarchés du Canada avertissaient que les prix des aliments allaient augmenter prochainement.

Comme l'a rapporté La Presse canadienne, les récentes pressions sur l'industrie − notamment la hausse du salaire minimum dans certaines provinces, l'augmentation des coûts du carburant et du transport, ainsi que le conflit commercial avec les États-Unis − entraîneront bientôt une inflation des prix, ont prévenu mardi les dirigeants de Metro, des Compagnies Loblaw et d'Empire, lors d'une conférence organisée par la Banque Scotia.

M. Couillard répète pourtant qu'il n'a pas l'intention d'augmenter radicalement le salaire minimum, comme l'a fait l'Ontario récemment, en décrétant une hausse de 12 $ l'heure à 14 $ l'heure, ou comme le propose Québec solidaire.

« Les économistes s'entendent pour dire que dans le cadre de l'économie québécoise, compte tenu du salaire horaire moyen, on court un fort risque de pertes d'emplois en faisant ce mouvement immédiat », a-t-il expliqué, jeudi midi.

« Ce qu'ils nous disent de faire − et c'est ce que nous faisons −, c'est de viser 50 % du salaire horaire moyen », a précisé le chef libéral. « Et ce qui va faire en sorte que le salaire horaire minimum augmente plus rapidement, c'est la pénurie de main-d'œuvre, et c'est la croissance du salaire horaire moyen au Québec. »

Politique provinciale

Politique