•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jour 28 de la campagne électorale dans l’Est-du-Québec : controverses, contradictions et compromis

Une dame parle au micro et une foule la regarde.
À Baie-Comeau, dans le comté de René-Lévesque, le public a posé des questions à trois candidats en accord sur plusieurs points Photo: Radio-Canada / Laurence Royer
Radio-Canada

Les débats se suivent et ne se ressemblent pas en cette campagne électorale. En Gaspésie, les enjeux locaux ont été débattus avec vigueur, tandis qu'à Baie-Comeau, c'est sur un ton cordial que les candidats ont discuté.

Un texte de Jean-Louis Bordeleau

La présidente de l'Association des médecins omnipraticiens du Bas-Saint-Laurent, Josée Bouchard, a fait une sortie publique dénonçant le discours des politiciens envers les médecins.

Elle estime que les politiciens dévalorisent la profession en ne parlant qu'en termes de masse salariale et de nombre de patients qui ont accès à un médecin de famille.

Ce discours, en plus de la réforme de la santé imposée par le ministre Barrette, incite de nombreux médecins à prendre leur retraite plus rapidement que prévu, en plus de faire fuir les médecins vers d'autres provinces, de l'avis de Josée Bouchard.

Je pense que d'améliorer les conditions de travail dans les hôpitaux, dans les groupes de médecine familiale, de fournir des solutions électroniques qui marchent, ça va déjà être une bonne chose.

Josée Bouchard, présidente de l'Association des médecins omnipraticiens du Bas-Saint-Laurent

À la tête d'une association regroupant 200 membres, Josée Bouchard mentionne que 5 postes sur 17 en médecine familiale n'ont pas trouvé preneur l'an dernier au Bas-Saint-Laurent.

Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine

Les cinq candidats dans Bonaventure ont débattu lors d'une rencontre organisée et diffusée par la station de radio CIEU-FM et le campus collégial de la Baie-des-Chaleurs.

Les échanges ont été assez vigoureux. Les candidats ont discuté de dossiers sensibles comme celui de la santé et de l'éducation. Sans surprise, le candidat du Parti libéral François Whittom a dû défendre les décisions de son parti au cours des quatre dernières années.

La question du retour du train, entre autres, a soulevé les discussions.

François Whittom, Hélène Desaulniers, Sylvain Roy, Catherine Cyr Wright et Guy GallantFrançois Whittom, Hélène Desaulniers, Sylvain Roy, Catherine Cyr Wright et Guy Gallant Photo : courtoisie Julie Drapeau CIEU-FM

Parmi les controverses du jour, le candidat caquiste dans Matane-Matapédia, Mathieu Quenum, a contredit son chef sur ses politiques d'immigration.

Mathieu Quenum, candidat de la CAQ dans Matane-MatapédiaMathieu Quenum, candidat de la CAQ dans Matane-Matapédia Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Mathieu Quenum a déclaré en entrevue avec La Presse canadienne qu'on ne peut pas renvoyer les gens dans leur pays d'origine, et que s'ils échouent au test de français, ils pourront le reprendre. Selon lui, François Legault n'a jamais dit qu'il allait renvoyer ou expulser des gens, alors que le chef caquiste a pourtant été clair sur cette question durant le premier débat en français.

Plan rapproché de Mme Hivon, devant M. Lisée.Véronique Hivon et Jean-François Lisée ont proposé de bonifier le Régime québécois d'assurance parentale (RQAP). Photo : Radio-Canada / Bruno Giguère

Au Parti québécois, la vice-chef, Véronique Hivon se porte à la défense du candidat péquiste des Îles-de-la-Madeleine, Joel Arseneau. Véronique Hivon affirme que Joel Arseneau peut toujours devenir député même s'il lui est interdit d'exercer la fonction de maire et de conseiller municipal en vertu de l'ordre d'un tribunal.

L'ancien maire des Îles-de-la-Madeleine dit avoir conclu une entente à l'amiable relativement à des dettes de plusieurs milliers de dollars qu'il aurait contractées avec la municipalité.

Mercredi matin, Véronique Hivon a fait valoir qu'il s'agissait « d'entorses jugées mineures » par le Parti québécois, qui n'ont pas été cachées au public.

Alexis Dumont-Blanchet photographié au bord de l'eau. Alexis Dumont-Blanchet, candidat pour Québec Solidaire dans la circonscription de Gaspé. Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Pour sa part, Québec solidaire a plaidé mercredi pour l'établissement d'une politique de souveraineté alimentaire en Gaspésie.

Son candidat dans Gaspé, Alexis Dumont-Blanchet, a soutenu que Québec solidaire s'engageait, dans un premier mandat, à soutenir davantage l'agriculture biologique pour la rendre plus rentable. Il compte aussi soutenir les marchés publics pour augmenter la consommation de produits locaux.

Alexis Dumont-Blanchet prend pour exemple les initiatives d'agriculture biologique à Val-d'Espoir et en Haute-Gaspésie. On sait aujourd'hui qu'il n'y a pas juste des carottes, des patates et des navets qui poussent en Gaspésie. Avec la technologie, avec le système de serres, on sait qu'il y a plusieurs végétaux et fruits qui poussent en Gaspésie, a-t-il mentionné.

Alexandre Boulay fonde beaucoup d'espoir dans la relance du carrefour national des pêches de Grande-Rivière.Alexandre Boulay fonde beaucoup d'espoir dans la relance du Carrefour national des pêches (CANAP) de Grande-Rivière. Photo : Radio-Canada

Le candidat du Parti libéral dans Gaspé, Alexandre Boulay, promet, lui, d'investir davantage dans la stratégie Vivre en Gaspésie, si le gouvernement Couillard reprend le pouvoir.

Si cet organisme-là a des moyens intéressants, il va pouvoir avoir un effet sur la Gaspésie, sur chacune des régions de la Gaspésie, et s'assurer qu'on renverse la tendance démographique, c'est-à-dire aller vers un solde démographique positif, plaide-t-il.

Dans la circonscription de Gaspé, le quart de la population a plus de 65 ans.

Côte-Nord

Dans René-Lévesque, les candidats du Parti québécois, de la CAQ et du Parti libéral ont croisé le fer, hier, sur les ondes de Boréale 138.

Le ton des échanges était respectueux. Les candidats étaient même parfois d'accord avec les propos de leurs adversaires. Les questions sur le système de santé ont toutefois donné lieu à des échanges un peu plus vifs. Martin Ouellet, le député sortant et candidat du Parti québécois, a alors attaqué la gestion des soins de santé sous le Parti libéral.

Les trois candidats ont aussi présenté leur vision pour retenir les jeunes dans l'ouest de la région et contrer le problème de la pénurie de main-d'œuvre.

De gauche à droite : André Desrosiers de la Coalition avenir Québec, Jonathan Lapointe du Parti libéral du Québec et Martin Ouellet du Parti québécoisDe gauche à droite : André Desrosiers de la Coalition avenir Québec, Jonathan Lapointe du Parti libéral du Québec et Martin Ouellet du Parti québécois Photo : Radio-Canada / Laurence Royer

Dans Duplessis, le ministre responsable de la Côte-Nord dans le gouvernement sortant, le libéral Pierre Arcand, est venu prêter main-forte à la candidate de son parti, Laurence Méthot.

Selon Pierre Arcand, les enjeux dans Duplessis sont nombreux.

La première des choses, la pénurie de la main-d'œuvre, on l'entend partout, c'est un des enjeux qui m'apparaît majeur. Deuxièmement, les gens nous parlent de gaz naturel, parce que c'est un des éléments importants dans le développement de la Côte-Nord. On nous parle de la 138, un autre élément qui est bien important : les entreprises locales veulent avoir des grands employeurs vraiment plus de contrats a-t-il énuméré.

Tout comme Pierre Arcand et Laurence Méthot, la députée sortante pour le Parti québécois, Lorraine Richard, a également participé au défilé soulignant les 30 ans du pénitencier de Port-Cartier.

Côte-Nord

Politique provinciale