•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Acadiens victimes d'un génocide? Un groupe veut relancer le débat

L'oeuvre du peintre Claude Picard, montrant des Acadiens attendant les bateaux.

Déportation des Acadiens à Grand-Pré, une oeuvre de l'artiste Claude Picard

Photo : Radio-Canada / Fernande Devost

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une coopérative récemment ramenée à la vie veut faire reconnaître sur le plan international que la déportation des Acadiens, au 18e siècle, n'était rien de moins qu'un génocide. Elle compte d'ailleurs ériger un mémorial rappelant ce génocide près de Kedgwick, dans le nord du Nouveau-Brunswick.

Un texte de Serge Bouchard

Une première pelletée de terre symbolique aura lieu le dimanche 23 septembre sur l'emplacement du futur mémorial.

Homme avec lunettes portant un chapeau posant devant des arbres.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jean-Paul Savoie est vice-président exécutif de la Coopérative de l'Arcadie

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

C’est l’ancien maire de Kedgwick et ancien ministre libéral Jean-Paul Savoie qui est à l'origine de ce projet. Pour l’appuyer, il a convaincu la trentaine de membres de la Coopérative des Arcadiens de reprendre du service.

Son ambition va beaucoup plus loin que la construction du mémorial. Il souhaite que la communauté internationale reconnaisse que la déportation des Acadiens constituait un génocide.

S’ils [les Anglais] ne nous avaient pas déportés, l’Acadie serait une grande province, peut-être même un pays.

Jean-Paul Savoie, vice-président exécutif, Coopérative des Arcadiens

Formée au début des années 1980 par un groupe de jeunes de Kedgwick et de Saint-Quentin, la Coopérative des Arcadiens a organisé pendant une quinzaine d’années un festival annuel. Jusqu’au début des années 2000, l’événement se tenait sur une terre acquise par la Coopérative dans le rang Petit-Ouest, près de Kedgwick. Après un long sommeil, l’organisme a repris vie au début de 2018, quand un particulier a entrepris des démarches pour acheter la terre du groupe. La terre n’a pas été vendue et le groupe s’est doté d’une nouvelle mission.

L’idée de cette reconnaissance lui est venue il y a quelques années, lors de la visite d’un mémorial soulignant le génocide du peuple arménien. En 1915 et 1916, plus d’un million et demi d’Arméniens sont morts sur le territoire aujourd’hui occupé par la Turquie.

Si les pertes de vie sont loin d’avoir été aussi nombreuses en Acadie, Jean-Paul Savoie croit quand même qu’il y a eu tentative de faire disparaître un peuple.

Les cinq critères de la l’article deux de la Convention contre le génocide, on les rejoint tous. Mais il y a aussi un génocide qui est le génocide culturel qui se continue, l’assimilation.

Jean-Paul Savoie, vice-président exécutif, Coopérative des Arcadiens

Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide (Nouvelle fenêtre) (adoptée en 1948 par les Nations unies)

Article 2
Dans la présente Convention, le génocide s’entend de l’un quelconque des actes ci-après, commis dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel :

  1. meurtre de membres du groupe;
  2. atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale de membres du groupe;
  3. soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle;
  4. mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe;
  5. transfert forcé d’enfants du groupe à un autre groupe.
Abri en bois avec table de pique-nique en avant-plan et un pont au loin.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les travaux ont débuté sur le site où sera érigé le mémorial du génocide acadien, près de Kedgwick

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

L'emplacement choisi pour le mémorial est isolé en forêt, à quelques minutes du village de Kedgwick. Le monument sera constitué d’une croix en pierre, coiffée d'un capteur de rêves, afin de souligner le rôle joué par les Autochtones dans la survie des Acadiens dispersés.

La Coopérative prévoit aussi construire sur place un centre d'accueil, un pont couvert et quelques infrastructures pour le loisir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !