•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baisse des seuils d'immigration : François Legault a « surpris » ses élus

François Legault
François Legault a surpris plusieurs de ses députés après avoir annoncé vouloir réduire de 20 % les seuils d'immigration dans chacune des catégories. Photo: Radio-Canada / Mathieu Bolduc

François Legault est-il allé au-delà des échanges réalisés avec son caucus sur le dossier de l'immigration? Alors qu'il a affirmé, durant la campagne électorale, vouloir réduire de 20 % chacune des catégories d'immigrants, dont les réfugiés, le chef de la Coalition avenir Québec aurait eu un discours différent auprès de ses élus.

Un texte de Romain Schué

La baisse du nombre d'immigrants est l'une des mesures phares de la CAQ. Un gouvernement caquiste a promis de réduire à 40 000 le nombre de nouveaux arrivants dans la province, contre plus de 52 000 l’an passé.

Pour y arriver, François Legault expliquait, le 5 septembre, vouloir réduire « idéalement » de 20 % le nombre d’immigrants dans les trois catégories existantes : l’immigration économique, les réfugiés et le regroupement familial.

Seule l’immigration économique est gérée par Québec, qui sélectionne environ 30 000 nouveaux arrivants. Le gouvernement fédéral est quant à lui chargé des deux autres catégories.

À plusieurs reprises, François Legault a indiqué vouloir aussi rapatrier la responsabilité du regroupement familial à Québec. Il souhaite aussi revoir l’entente entre Québec et le Canada signée en 1991, puisqu'Ottawa a le dernier droit de regard sur les seuils d'immigration.

« Toujours question » des immigrants économiques

Pourtant, avant la campagne électorale, François Legault aurait tenu des propos différents auprès des élus de son caucus. Il n’aurait notamment jamais été question de baisser le nombre de réfugiés arrivant au Québec.

« Je t’assure que ce sont les immigrants économiques qui sont visés par le seuil », peut-on lire dans un échange privé sur les réseaux sociaux, daté du 6 septembre, entre un député sortant de la CAQ et un avocat spécialisé en immigration, Me Stéphane Handfield, connu pour sa défense des demandeurs d'asile.

Je t’assure qu’en caucus, il a toujours été question de seulement les immigrants économiques. Maintenant, je ne suis pas dans l’autobus de la tournée et, donc, je ne pourrai pas t’expliquer pourquoi [François Legault] a dit cela.

Un député caquiste sortant dans un échange avec Me Stéphane Handfield

Cette position a été maintenue par ce même député lorsque ce dernier a été contacté par Radio-Canada.

« Je veux exposer le fait qu’en matière d’immigration M. Legault improvise. Il ajuste son discours sur l’immigration en fonction de son auditoire, et ça, c’est inquiétant », explique Me Handfield pour justifier la publication de cet échange, tout en disant souhaiter que l’anonymat du député soit préservé pour ne pas lui « nuire ».

Un député n'a « jamais entendu parler » de cette proposition

Un autre député caquiste sortant, ayant assisté lui aussi aux discussions entre les élus de la CAQ et leur chef, corrobore ces propos. Cet élu, qui souhaite aussi conserver l'anonymat, s’est dit étonné par le discours de François Legault durant cette campagne électorale.

Jamais, assure-t-il, le chef n’avait fait part de son intention de baisser le nombre de réfugiés et d’immigrants provenant du système de regroupement familial.

« On n'avait jamais entendu parler de ça au caucus. J'ai été surpris », révèle-t-il.

Par ailleurs, dans un document d’orientation de la CAQ, daté de mai 2018, qui apporte de nombreuses précisions sur les positions du parti, il est uniquement question d’une baisse des seuils d’immigration de 20 %, soit l’équivalent de 10 000 candidats immigrants acceptés au Québec de moins par année. Aucune précision supplémentaire n'est apportée.

La CAQ demande à Ottawa de réduire le nombre de réfugiés

Appelée à réagir, la CAQ assure que sa position a toujours été la même et est appuyée par l’ensemble du caucus.

« Ce que nous souhaitons, c'est de réduire temporairement les seuils d'immigration de 20 %, le temps d’améliorer la capacité d’intégration du Québec », a indiqué par courriel Manuel Dionne, porte-parole du parti, sans spécifier si une réduction de l'ensemble des seuils avait été évoquée avec les autres élus de la CAQ.

« À court terme, il relève de l’évidence que nous ne pourrions pas diminuer les seuils sur les catégories qui relèvent exclusivement de la compétence du gouvernement fédéral sans négocier avec Ottawa », a-t-il poursuivi.

Concernant spécifiquement les réfugiés, la CAQ compte interpeller Ottawa. « Nous souhaitons que le fédéral diminue le nombre de réfugiés proportionnellement avec la baisse des autres catégories (20 %) », a repris Manuel Dionne, en spécifiant que la CAQ ne demande aucun rapatriement de ce pouvoir.

Changement de cap sur les seuils

Cette position de François Legault a évolué au cours des dernières années. En mars 2015, dans une conférence de presse pour présenter l’idée d’un certificat d’accompagnement transitoire d’une durée de trois ans, le chef caquiste disait vouloir conserver les seuils en place.

« Moi, je pense, c'est possible de continuer à recevoir 50 000 immigrants par année tout en respectant […] trois critères », avait-il détaillé, selon une retranscription disponible sur le site de l’Assemblée nationale.

« Ces immigrants-là, pour qu'ils soient bien intégrés à la société québécoise, ils doivent connaître le français, ils doivent respecter puis connaître les valeurs québécoises et puis ils doivent aussi répondre aux besoins du marché du travail », avait-il ajouté, en référence aux tests qu'il compte mettre en place.

L'année suivante, lorsque le gouvernement Couillard avait ouvert la porte à une augmentation des seuils, avec l'arrivée de 60 000 immigrants par an, le chef de la CAQ s'était là encore dit en accord avec le maintien des seuils actuels, avant de réclamer une baisse de 10 000 immigrants quelques mois plus tard.

Avec la collaboration de Sébastien Bovet

Politique provinciale

Politique