•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Marcelle Barthe, une voix féminine à la radio canadienne

    Dans un studio de radio, l'animatrice Marcelle Barthe est assise derrière un micro suspendu.
    L'animatrice Marcelle Barthe en 1959 Photo: Radio-Canada / Henri Paul

    Il y a 80 ans, la station de radio CBF Montréal engageait une femme au poste d'annonceur. Marcelle Barthe devient la première femme au Canada à accéder à cette fonction. Découvrez cette pionnière de Radio-Canada à travers nos archives.

    Le 21 septembre 1938, Marcelle Barthe fait son entrée à Radio-Canada. Au cours de sa carrière d’un quart de siècle, sa voix chaleureuse et cordiale deviendra l’une des plus familières de la radio publique.

    Elle est originaire d’Ottawa et sa parfaite maîtrise de la langue anglaise constitue un atout pour le poste d’annonceur. Sur les ondes de la radio, elle est d’abord appelée à lire de courts bulletins de nouvelles en anglais et en français.

    En discussion assis dans un bureau, Marcel Henry, Marcelle Barthe, Marcel Ouimet, Guy Mauffette et René Lecavalier.Marcelle Barthe dans le bureau du directeur du réseau français Marcel Ouimet en compagnie de ses collègues masculins René Lecavalier, Guy Mauffette et Marcel Henry Photo : Radio-Canada

    En 1939, Marcelle Barthe vit sa première expérience de reporter à l’occasion de la visite royale du roi George VI au Canada.

    Pour cette première visite d’un souverain régnant au pays, Radio-Canada déploie une large couverture. Seule femme commentatrice de l’équipe, Marcelle Barthe produit des reportages à Montréal, Québec et Ottawa durant l’événement qui s’échelonne sur six semaines.

    Comme en témoigne notre extrait d’archives remanié, Marcelle Barthe est aussi appelée à commenter les succès et les revers durant la Seconde Guerre mondiale.

    Le 8 mai 1945, elle célèbre le jour de la victoire en compagnie de blessés de guerre dans une émission spéciale enregistrée à l'hôpital Sainte-Anne.

    Nous sommes ici pour rendre un double hommage à ceux qui ont si fièrement gagné la guerre. Vive nos soldats d'outre-mer et du Canada!

    Marcelle Barthe

    D’annonceuse, elle fait graduellement ses armes comme reporter. Bientôt, elle se voit confier des émissions à titre d’animatrice et de réalisatrice.

    Dans un bureau, Claude Mailhiot, Marcelle Barthe et Magdeleine Mailhiot, sont assis à une table et dépouillent le courrier, en discutant.La réalisatrice Marcelle Barthe dépouille le courrier de Radio-Parents en compagnie de l'animatrice Magdeleine Mailhiot et du réalisateur Claude Mailhiot, en 1955. Photo : Radio-Canada / Jac-Guy

    Femme cultivée, Marcelle Barthe participe à une grande variété d’émissions. Dans les années 40 et 50, elle réalise des émissions dramatiques et musicales telles que Il était une fois, Dîner 7 h 30 et Chant d’amour. Elle se fait aussi l’interprète du courrier de Radio-Parents. Puis elle assure l’animation et la réalisation de l’émission La langue bien pendue, qui a trait à la linguistique.

    En 1945, elle réalise un rêve et dirige sa propre émission qui deviendra un classique de la radio : Lettre à une Canadienne.

    Présentée les après-midi de semaine, Lettre à une Canadienne s'adresse à un auditoire féminin. Marcelle Barthe y commente l'actualité et traite de sujets variés, susceptibles d'aider les Canadiennes à voir les choses du bon côté.

    L'émission commence généralement par la lecture d'une lettre à sa « chère amie » l'auditrice, puis se termine par ses recommandations : « portez-vous bien et souriez souvent! » C’est ce que nous vous présentons dans ce court extrait daté du 15 juin 1955.

    L’animatrice et réalisatrice, qui rédige ses billets à la main, emprunte cette formule afin d’établir un contact plus personnel et intime avec son public.

    Émission très prisée par des milliers d’auditrices et d’auditeurs, Lettre à une Canadienne demeure à l’antenne pendant près de vingt ans. À partir de 1950, elle s’accompagne d’une entrevue avec une personnalité issue des milieux artistiques, scientifique et politique.

    Article avec photos des chroniqueurs et de Marcelle Barthe, animatrice de l'émission Arc-en-ciel.Agrandir l’imageArticle présentant la nouvelle mouture de l'émission Arc-en-ciel animée par Marcelle Barthe. Photo : Radio-Canada / La semaine à Radio-Canada, du 11 au 17 avril 1959

    En 1957, l’émission Lettre à une Canadienne est remplacée par une nouvelle formule, Arc-en-ciel. L’animatrice y aborde un domaine différent par jour (science, cinéma, littérature...) en compagnie d’un chroniqueur.

    Marcelle Barthe meurt subitement dans la nuit du 25 novembre 1964. Elle était âgée de 59 ans.

    Au lendemain de son décès, Henri Bergeron anime une édition spéciale de Lettre à une Canadienne dans laquelle il lui adresse une lettre.

    Henri Bergeron connaissait bien Marcelle Barthe pour avoir été chroniqueur à son émission. Il lui rend dans cet extrait un vibrant hommage.

    Cette voix chaude et amicale qui nous livrait quotidiennement un peu de ses pensées, de ses réflexions, de son savoir et de ses sentiments. Cette voix s'est tue. Mais nous pouvons encore si facilement l'entendre nous parler de tout ce qui constitue le quotidien de la femme depuis les préoccupations de la maman auprès de ses enfants jusqu'aux dernières nouveautés littéraires.

    Henri Bergeron
    Encore plus de nos archives

    Archives

    Société