•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Erin Weir souhaite faire appel de l’enquête menée à son endroit

Un homme de face, la bouche fermée, devant une salle des nouvelles en arrière-plan

Le député Erin Weir représente la circonscription Regina-Lewvan. Il a été élu lors des élections de l'automne 2015.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le député saskatchewanais anciennement affilié au Nouveau Parti démocratique (NPD) Erin Weir veut faire appel des conclusions de l'enquête indépendante annoncée par le chef néo-démocrate, Jagmeet Singh, au mois de février. L'enquête concernait le comportement du député de Regina-Lewvan et des allégations de harcèlement.

Selon Erin Weir, le chef du NPD aurait fait fi de la procédure d’appel ainsi que d’autres dispositions prévues dans la politique de la Chambre des communes.

« Cette année, le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre a recommandé d’élargir les procédures d’appel inscrites au Code de conduite des députés. La représentante du Nouveau Parti démocratique au sous-comité, la députée Sheila Malcolmson, a appuyé cet amendement, ajoutant même d’autres dispositions, telles que le délai de prescription d’un an », peut-on lire dans le communiqué envoyé mercredi matin par le député saskatchewanais.

Ce dernier estime que tous les incidents le concernant et ayant motivé l’enquête à son endroit remontent à plus d’un an. Il ajoute qu'il n'a jamais avoir été informé d’une quelconque possibilité d’appel.

« Je n’ai jamais voulu prolonger cette situation en faisant appel ou en entamant des poursuites judiciaires. Au lieu de cela, j’ai fait un effort de bonne foi pour participer au processus défini par M. Singh, pour m’excuser auprès de ceux qui se sentaient mal à l’aise et pour effectuer toutes les mesures correctives discutées avec moi », dit-il.

Je m'excuse auprès des personnes qui se sont senties mal à l'aise en ma présence... Ce que je n’accepte pas, c'est d’être expulsé sur la base du pouvoir discrétionnaire d’un seul enquêteur.

Erin Weir, député fédéral

M. Weir a été suspendu du caucus en février après que sa collègue néo-démocrate Christine Moore eut fait état de nombreuses plaintes de harcèlement et de harcèlement sexuel formulées contre lui par des membres du personnel.

Il a été expulsé quelques mois plus tard à l'issue d'une enquête indépendante sur ces allégations. L'enquête menée par une professeure de droit de l'Université d'Ottawa avait notamment conclu que le député n'avait « pas su lire les signaux non verbaux dans des situations sociales ».

Motifs d’appel

Le député de Regina-Lewvan affirme que la décision de M. Singh de lancer publiquement l'enquête a « créé une présomption de culpabilité et a conduit les gens à réinterpréter leurs interactions passées avec lui ».

Erin Weir dénonce également le fait que les plaintes formulées à son égard aient été directement transmises à l’enquêteur, sans qu’il n’y ait aucune possibilité de médiation, comme l’avaient pourtant suggéré M. Weir et la députée Christine Moore.

« Les plaintes n’ont jamais été présentées de manière à ce qu’il puisse y répondre correctement », dit aussi le député de Regina-Lewvan. Selon lui, le résumé qui lui a été fourni ne contenait aucun nom, aucune date spécifique – seulement des années -, et ne mentionnait aucun lieu précis.

Le député saskatchewanais critique le rapport d’enquête qui « a regroupé les plaintes, plutôt que d’évaluer chaque plainte séparément ».

« Le constat de harcèlement sexuel ne reposait pas sur le maintien d’une plainte en particulier, mais sur la conclusion qu'[Erin Weir] était probablement trop proche et parlait trop longtemps, parce que certaines personnes l’avaient dit », a déclaré le député par voie de communiqué.

Afin de résoudre cette « controverse », le député fédéral suggère que l’enquête menée à son endroit soit revue par une autorité extérieure au parti, « tel que le dirigeant principal des ressources humaines de la Chambre des communes ou le Tribunal canadien des droits de la personne ».

Erin Weir siège à la Chambre des communes comme député indépendant. Il dit être affilié à la Fédération du Commonwealth coopératif.

Jagmeet Singh affirme que sa décision est finale

En point de presse à Ottawa, mercredi, Jagmeet Singh a répondu à plusieurs questions des journalistes entourant la demande d'appel d'Erin Weir. Le chef du NPD, a répondu que le processus d'enquête indépendante s'était fait de manière juste et équitable. « J'ai confiance dans le processus, et ma décision est finale », a-t-il affirmé.

En ce qui a trait à la demande d'appel soulevée par Erin Weir, le chef néo-démocrate au fédéral a dit : « M. Weir peut faire ce qu'il veut, mais je peux dire que le processus est équitable. »

Saskatchewan

Politique fédérale