•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet pilote de distribution de fruits et de légumes dans une école en Outaouais

Quatre enfants avec des des fruits et des légumes dans les mains, dans une salle de classe.
Des élèves à l'école du Parc-de-la-Montagne participent qu projet Écollation. Photo: Radio-Canada / Rachel Gaulin
Radio-Canada

L'Association québécoise de la garde scolaire (AQGS), lance mercredi en Outaouais le projet « Écollation » - un mot-valise pour école et collation – qui consiste à distribuer des fruits et des légumes dans 14 écoles primaires et secondaires pour réduire les inégalités sociales en santé.

À compter de mercredi, des élèves de l'école du Parc-de-la-Montagne de la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSPO), recevront une collation saine, vitaminée et non transformée trois fois par semaine, le mercredi, jeudi et vendredi.

Chargée du projet Écollation à l'AQGS, Josée Plante croit qu'ainsi cela permettra d'éduquer les enfants à une alimentation saine et diversifiée.

On sait que les fruits et les légumes sont la denrée la plus gaspillée, mais aussi la moins consommée pour les familles issues d'un milieu défavorisé, donc en joignant un volet éducatif qui vise vraiment le développement d'ateliers d'éveil au goût et de compétence culinaire et alimentaire, on vise à consolider les acquis qui pourront être faits autant en classe qu'à la maison, explique Mme Plante.

Quatre enfants avec des des fruits et des légumes dans les mains, dans une salle de classe.Des élèves à l'école du Parc-de-la-Montagne participent au projet Écollation. Photo : Radio-Canada / Rachel Gaulin

Des fiches d'accompagnement pour cuisiner les fruits et les légumes seront aussi offertes aux élèves pour cuisiner à la maison.

Les fruits et les légumes seront produits de préférence localement.

Évaluation du projet

Pour évaluer l'impact de ce projet sur les habitudes alimentaires des élèves, un questionnaire sera aussi distribué aux élèves pour savoir si les enfants consomment déjà des fruits et des légumes, et la fréquence à laquelle ils le font.

L'année prochaine, on souhaite voir s'il y a eu un impact sur l'amélioration de la consommation et si les familles vont avoir augmenté l'achat de ces denrées-là, souligne Mme Plante.

Ce mercredi, les élèves recevront des pommes du Verger Wilmont de Gatineau pour le lancement de ce projet.

Le projet pilote sera expérimenté dans des écoles de milieux défavorisés de quatre régions différentes, soit l’Outaouais, le Saguenay-Lac-Saint-Jean, la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et la Montérégie.

Avec les informations de Rachel Gaulin

Ottawa-Gatineau

Santé publique