•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Place à l’environnement pour le premier débat des candidats à la mairie de Winnipeg

Sept candidats à la mairie de Winnipeg attablés sur une scène.
Le format comprenait une première ronde de trois minutes par candidat Photo: Radio-Canada / Bartley Kives

Sept des huit candidats à la mairie de Winnipeg ont exposé leurs plans concernant l'environnement lors d'un forum mardi, soit leur première occasion de s'affronter dans un débat public.

Un texte de Gavin Boutroy

Tous les candidats étaient invités à la rencontre organisée par des groupes à vocation écologique dont le Green Action Centre, le Centre du climat des Prairies, Bike Winnipeg, le Centre canadien de politiques alternatives et Winnipeg Trails.

Brian Bowman, Jennifer Motkaluk, Umar Hayat, Doug Wilson, Tim Diack, Don Woodstock et Venkat Machiraju étaient présents.

Seul Ed Ackerman n’a pas participé à l’événement.

Le format comprenait une première ronde de trois minutes par candidat où chacun a pu expliquer son plan pour réduire l’impact climatique de la ville. Le maire sortant de Winnipeg, Brian Bowman, a fait valoir ses réalisations à l’Hôtel de Ville, dont le Plan d’action sur le climat qui a été élaboré sous son égide.

Jennifer Motkaluk, la pressentie opposante principale de M. Bowman, s’est lancée en disant qu’il faut augmenter la fréquentation des transports publics. Elle a déclaré que les autobus sont devenus dangereux au point que leur taux d’utilisation est en baisse. Une hausse des usagers passe par une sécurité renforcée dans les autobus, selon la candidate.

Tim Diack, Doug Wilson et Don Woodstock ont souligné que Winnipeg déverse régulièrement des eaux d’égout dans la rivière Rouge. Ils ont tous promis de mettre fin à cette pratique.

Après la présentation de leurs stratégies environnementales, les candidats ont eu l’occasion de répondre tour à tour à une série de questions élaborées par les organisateurs.

Une bénévole avec l’organisme Functional transit Winnipeg et membre du comité organisateur du forum, Sandy Klowak explique qu’une dizaine de groupe ont travaillé de concert pour composer les questions.

« Tous les groupes ont amené de divers et importants enjeux à la table. Ils représentaient vraiment une grande diversité d’enjeux environnementaux, évidemment pas tous, mais une bonne variété », dit Mme Klowak. Elle croit que l’on a désormais une bonne idée du point de vue de chaque candidat quant à l’environnement.

Or, elle croit qu’aucun des candidats ne se démarque comme défenseur de l’environnement. Le directeur général de l’organisme Winnipeg Trails, Anders Swanson, est du même avis. D’après lui, il est trop tôt dans la campagne électorale, « on s’attend à ce que chaque candidat nous propose des vrais plans ».

C’est la première fois que l’on a entendu parler vraiment des vraies questions. [...] il faut qu’on commence à réduire le carbone dans l’atmosphère, c’est l’enjeu le plus important de nos jours.

Anders Swanson, directeur général de l’organisme Winnipeg Trails

Il reste cependant optimiste : « C’est évident qu’on a beaucoup progressé sur l’environnement, c’est-à-dire que tous les candidats avaient au moins une position sur cet enjeu ».

L’élection municipale de Winnipeg se tient le 24 octobre.

Manitoba

Politique municipale