•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de main-d’œuvre à Saint-Jean-de-Matha

Le reportage de Jean-Philippe Robillard
Radio-Canada

À Saint-Jean-de-Matha, une ville de la région de Lanaudière, la pénurie de main-d'œuvre est telle que le maire craint que certains commerces soient obligés de mettre la clé sous la porte. Plutôt que d'attendre l'arrivée d'immigrants, certains souhaiteraient que le gouvernement facilite le retour à l'emploi des aînés.

Christian Gadoury, un boucher de Saint-Jean-de-Matha, a dû se résigner à fermer son commerce deux jours par semaine, faute d’avoir suffisamment de personnel.

« On n’a pas de staff, on n’a personne pour produire ici. Il y a un manque de main-d'œuvre flagrant, même dans la main-d'œuvre de base », dit-il.

On a un problème, un sérieux problème.

Christian Gadoury, boucher à Saint-Jean-de-Matha

Son commerce est fermé les lundis et mardis, et il envisage même de fermer le mercredi.

Un homme dans une boucherieChristian Gadoury, un boucher de Saint-Jean-de-Matha a dû se résigner à fermer son commerce les lundis et mardis Photo : Radio-Canada

Même son de cloche chez Michel Guérette, vice-président exécutif du Centre de Villégiature et de congrès Lanaudière, qui a une dizaine de postes à pourvoir.

« On doit être assez imaginatif parfois pour garder nos employés. Si on prend l'exemple de Garry ici, on lui offre un loyer, un programme de restauration où ça lui coûte moins cher pour sa nourriture et ça fait que dans l'ensemble de son package, il trouve son profit et il veut rester ici avec nous », raconte-t-il en parlant de l'un de ses employés.

Un homme sur un terrain de golfMichel Guérette, vice-président exécutif du Centre de Villégiature et de congrès Lanaudière doit proposer plusieurs avantages à ses employés pour qu'ils restent. Photo : Radio-Canada

Dans cette ville située à une centaine de kilomètres de Montréal, la population est clairement vieillissante, ce qui, pour certains, explique l’actuel manque de travailleurs.

Depuis 2011, le nombre de personnes de plus de 65 ans a augmenté de 20 %, alors que le nombre de jeunes âgés de 15 à 24 ans a diminué de 16 %.

D’après l’Institut économique de Montréal, le nombre de Québécois de moins de 45 ans a en effet chuté de façon marquée entre 1981 et 2010.

Presque tous les secteurs sont touchés à Saint-Jean-de-Matha, qui compte une cinquantaine d'entreprises et de commerces, pour une population de plus de 4000 habitants.

Le maire, Martin Rondeau, est conscient du problème. Il estime même que la situation est de plus en plus alarmante.

Un homme assis à un café.Le maire de la ville craint pour ses commerces. Photo : Radio-Canada

On m’a confirmé que le développement [de la ville] était compromis

Martin Rondeau, maire de Saint-Jean-de-Matha

Faire travailler les aînés

Faire venir des immigrants dans la ville serait l’une des solutions, mais le maire assure que les résidents de Saint-Jean-de-Matha ne sont pas de cet avis.

« Il y a le problème de langue. C'est là qu'on [a] besoin [d’eux]… c'est hier… qu'on en avait besoin », dit M. Gadoury.

Pour lui, l’une des solutions serait de permettre aux personnes âgées de travailler sans pénalité financière.

« Si la machine gouvernementale faisait un pas pour faire quelque chose de rapide. Si on pouvait offrir un salaire pour ces personnes-là, d’une soixantaine d'années et plus. La main-d'œuvre est là, prête à travailler. Elle serait super fonctionnelle », assure-t-il.

En mai, le gouvernement Couillard avait dévoilé son plan pour répondre à la pénurie de main-d’œuvre.

Ce plan devrait s’étaler sur cinq ans et comportera une enveloppe de 1,3 milliard de dollars. L’objectif du gouvernement est d’aider les entreprises comme celles de MM. Gadoury et Guérette en orientant la main-d’œuvre vers les secteurs recherchés.

D’après un reportage de Jean-Philippe Robillard

Grand Montréal

Emploi