•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pétrole : le candidat de la CAQ aux Îles-de-la-Madeleine contredit son chef

La position des partis sur l’exploration du pétrole du Golfe du Saint-Laurent
Radio-Canada

Le candidat de la Coalition avenir Québec des Îles-de-la-Madeleine est contre l'exploitation du site pétrolier Old Harry, dans le golfe du Saint-Laurent. Pourtant, la CAQ et son chef François Legault ont une position diamétralement opposée depuis plusieurs années.

Un texte de Thomas Gerbet

« J'ose espérer que jamais on ne va forer », a déclaré Yves Renaud, mardi soir, lors d'un débat des candidats de la circonscription des Îles-de-la-Madeleine.

Invité par Radio-Canada à préciser sa position, il confirme qu'il « ne veut pas exploiter cette masse de pétrole ». M. Renaud est attaché à ce secteur marin, à 80 kilomètres des Îles, dans lequel il a déjà pêché avec sa famille.

On n'est pas à l'abri d'une catastrophe quelconque.

Yves Renaud, candidat de la CAQ dans la circonscription des Îles-de-la-Madeleine.

François Legault et la CAQ en général ont une vision bien différente. Le parti est en faveur de l'exploration et d'une éventuelle exploitation du site pétrolier.

Le 11 mai 2016, le chef caquiste avait critiqué la position des libéraux, opposés à l'exploration pétrolière dans le secteur. « Le Parti libéral n'est plus le parti de l'économie », avait déclaré François Legault. Ce jour-là, sa députée caquiste Chantal Soucy avait critiqué le gouvernement pour laisser « l'argent dormir dans le golfe du Saint-Laurent ».

Il faut exploiter les ressources pétrolières d'Anticosti et de Old Harry, ça fait partie de la solution pour rétablir la balance commerciale.

François Legault, 2 avril 2014

Le 28 novembre 2012, François Legault disait qu'il fallait « aller de l'avant » avec ce projet pétrolier, que c'était « urgent ». Il ajoutait : « Ce sont des dizaines de milliards de dollars de redevances qui pourraient réduire la dette du Québec ». Le chef caquiste proposait même que Québec prenne 50 % de participations dans un éventuel projet.

Un plaidoyer pour l'exploitation du pétrole du golfe Saint-Laurent

Couverture du livre de François Legault, publié en 2013.Couverture du livre de François Legault, publié en 2013. Photo : Radio-Canada

Dans son livre Cap sur un Québec gagnant ; le projet Saint-Laurent publié en 2013, François Legault juge « incontournable » d'exploiter le pétrole du Québec, sur terre, mais principalement en mer. « Je pense surtout au formidable potentiel que le sous-sol du golfe recèle en hydrocarbures », écrit-il.

Dans le dernier chapitre, le chef de la CAQ expose son rêve de faire du Québec « la Norvège d'Amérique » grâce, entre autres, à l'exploitation du projet Old Harry, qu'il juge « très prometteur », avec une estimation de 115 millions de barils de pétrole.

« L'exemple norvégien devrait nous servir de modèle, écrit François Legault. Bien sûr, il implique que nous nous lancions dans l'exploitation pétrolière et gazière sur une grande échelle. »

Le fait d'extraire du pétrole de la région maritime du golfe procurera un grand avantage au Québec, celui de la proximité de l'océan et de l'accès à celui-ci, ce qui en facilitera grandement le transport et l'exportation.

Extrait du livre de François Legault, publié en 2013.

« Oui, il y aura un jour des accidents, des fuites, cela est inévitable, écrit François Legault, mais la situation actuelle n'est pas meilleure », dit-il dans ce livre, en référence aux immenses navires pétroliers qui livrent le pétrole dans les grands ports en provenance d'Algérie ou d'Europe.

La CAQ est toujours en faveur d'Old Harry

Le programme 2018 de la Coalition avenir Québec ne parle pas spécifiquement de l'exploitation du pétrole en mer. Invitée à nous donner sa position sur ce site pétrolier, la CAQ répond que « Le projet Old Harry est intéressant et mérite qu’on s’y attarde. »

« La CAQ est en faveur d’une exploration et, éventuellement, d’une exploitation pétrolière dans le golfe du Saint-Laurent, dans le respect des normes environnementales », écrit l'attaché de presse Ewan Sauves.

Le parti déplore que le gouvernement libéral ne se soit pas montré intéressé. « Notre inquiétude est que Terre-Neuve empoche tous les bénéfices et le Québec, aucun », ajoute M. Sauves.

La CAQ précise: « Il faut toutefois prendre le temps d’analyser le projet. Les connaissances actuelles sur le golfe du Saint-Laurent sont très limitées et des rapports publiés au cours des dernières années font état de ces lacunes importantes. »

Le gisement Old Harry, à cheval sur les limites maritimes de Terre-Neuve-et-Labrador et du Québec.Le gisement Old Harry, à cheval sur les limites maritimes de Terre-Neuve-et-Labrador et du Québec. Photo : Radio-Canada / Carolanne Jean

La position favorable de la CAQ est restée relativement stable depuis une dizaine d'années, tout comme Québec solidaire qui s'y est toujours opposé.

Ce n'est pas le cas du Parti québécois et du Parti libéral du Québec :

Anticosti

L'île d'AnticostiL'île d'Anticosti

En ce qui concerne l'exploration ou l'exploitation de pétrole sur l'île d'Anticosti, la CAQ est la seule formation politique à ne pas s'y opposer.

Dans une réponse à un questionnaire soumis par des groupes environnementaux, le parti répond : « Si d’autres projets venaient à être présentés prochainement, un gouvernement de la CAQ sera ouvert à les évaluer à leur mérite avant de prendre une décision sur le statut de l’île d’Anticosti. »

Le Parti québécois et le Parti libéral du Québec ont eu des positions variables dans le temps :

Politique provinciale

Politique