•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Violations des droits et libertés lors des manifestations anti-G7

Un policier lourdement armé surveille la manifestation.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Radio-Canada

Amnistie internationale et la Ligue des droits et libertés dénoncent un « climat d'intimidation » et dressent « un bilan vraiment sombre » du travail des policiers lors des manifestations entourant le Sommet du G7 qui s'est tenu dans Charlevoix en juin dernier.

Un texte de Carl Marchand

Dans un rapport dévoilé mercredi dont Radio-Canada a obtenu copie, la mission d'observation du G7 fait état d'entraves injustifiées au droit de manifester.

Au premier chef, le compte rendu déplore un nombre « disproportionné » de policiers. Dans la rue, les forces de l'ordre ont toujours été de deux à trois fois plus nombreuses que les protestataires.

Nicole Filion, coordonnatrice de la Ligue des droits et libertés.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Nicole Filion, coordonnatrice de la Ligue des droits et libertés

Photo : Radio-Canada

« Les manifestations se déroulaient dans un climat de peur et d'intimidation. Ce climat-là a dominé tout au long du Sommet », dénonce Nicole Filion, porte-parole de la Ligue des droits et libertés.

Les autorités politiques et policières ont carrément failli à leurs obligations de protéger et de faciliter l'exercice des libertés civiles, notamment le droit de manifester pendant le G7.

Nicole Filion, porte-parole de la Ligue des droits et libertés

Une peur installée longtemps d'avance

Le climat de peur s'est installé bien avant le Sommet, jugent les ONG, d'abord par les déclarations des politiciens et les nombreux reportages qui faisaient état de l'imposant déploiement des forces de l'ordre.

Une fois les manifestations commencées, les policiers ont procédé à des fouilles et à des identifications abusives, selon le rapport. Des mesures qui ont eu un effet dissuasif.

Des policiers en uniforme vêtus de masques à gaz.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les manifestations se déroulent sous forte présence policière

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Au bout de la ligne, les personnes qui ont été identifiées peuvent sentir que leur sécurité peut être compromise, dû au fait qu'[elles] vont maintenant être ciblées par les policiers parce qu'[elles] ont participé à une manifestation.

Nicole Filion, porte-parole de la Ligue des droits et libertés

Arrestations arbitraires et violations de libertés

Amnistie internationale et la Ligue des droits et libertés dénoncent les arrestations arbitraires d'au moins huit personnes lors du Sommet.

Malgré l'aménagement de plusieurs centres de détention temporaires, ces personnes ont été détenues au quartier général du Service de police de la Ville de Québec.

Arrestation d'un individu lors d'une manifestation anti G7.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Arrestation d'un individu lors d'une manifestation anti G7

Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Après leur transfert au Centre de détention de Québec, les suspects n'ont pas pu communiquer avec leurs avocats avant leur comparution. Le Directeur des poursuites criminelles et pénales s'est également objecté à leur remise en liberté.

Amnistie internationale et la Ligue des droits et libertés demandent un réexamen des accusations portées contre les manifestants, voire l'abandon des procédures contre eux.

« Parce qu'il y a eu des violations des libertés civiles et des garanties judiciaires de ces personnes », insiste Nicole Filion.

Des militants ont mis le feu à des drapeaux jeudi lors d'une manifestation anti-G7.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des militants ont mis le feu à des drapeaux jeudi lors d'une manifestation anti-G7.

Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

La mission d'observation du G7 a répertorié au moins trois cas où des policiers ont pointé leurs armes intermédiaires d'impact à projectiles (AIIP) vers des journalistes et des manifestants.

« Premièrement, c'est dangereux. Il faut avoir des motifs sérieux pour agir de la sorte. Et dans toutes les circonstances où on a observé un tel agissement, il n'y avait absolument rien qui le justifiait », avance Nicole Filion.

Recommandations

Amnistie internationale et la Ligue des droits et libertés formulent 17 recommandations dans leur rapport.

Les deux groupes demandent aux gouvernements et aux chefs de parti en campagne au Québec de « réaffirmer l'importance de protéger et même de faciliter l'exercice du droit de manifester ».

La mission d'observation du G7 était formée de 45 observateurs.

Forces de l'ordre

Société