•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La communauté techno québécoise réclame la parité

Une femme et un homme en train de se serrer la main. On ne voit pas leurs visages.
Les auteures du manifeste ciblent d'abord les événements consacrés à la technologie. Photo: iStock / simarik
Radio-Canada

Des figures influentes de la communauté techno du Québec signent un manifeste appelant à la parité dans le domaine des technologies de l'information et de la communication (TIC).

Un texte de Karl-Philip Vallée

Le court texte souligne que les femmes forment 20 % de la main-d’œuvre en TIC. « Cette sous-représentation des femmes dans l’industrie est inquiétante et contre-productive, écrivent les auteures. Nous militons pour qu’elle cesse. »

Le manifeste est une initiative de sept Québécoises qui évoluent toutes dans ce milieu et qui remarquent les effets de ce déséquilibre au quotidien. Constatant un ras-le-bol qui dépassait les frontières de leur groupe, elles ont voulu agir pour sensibiliser l’industrie et offrir des pistes de solution.

« Il y a six mois, on s’est demandées ce qu’on pouvait faire pour passer à la vitesse supérieure, explique la chroniqueuse et consultante Chloé Freslon. On a choisi de commencer par s’attaquer aux événements techno, parce que ce sont des moments importants dans une carrière où l'on peut montrer toute son expertise. »

Des gestes concrets

Le site web du manifeste (Nouvelle fenêtre) propose des façons concrètes (Nouvelle fenêtre) d’inverser la tendance. Les participants à des événements techno sont par exemple invités à recommander des expertes aux organisateurs, à inviter une femme aux événements et à dénoncer les comportements abusifs ou répressibles dont ils sont témoins ou victimes. Les organisateurs et les experts peuvent aussi consulter les listes de suggestions qui leur sont adressées.

De nombreuses ressources sont également proposées pour trouver facilement des expertes et des conférencières pour parler de divers sujets.

Des figures de proue parmi les signataires

Le public est invité à signer le manifeste, ce que plusieurs personnes bien connues du milieu ont fait. C’est le cas notamment de Yoshua Bengio, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les algorithmes d'apprentissage statistique, qui dénonce le déséquilibre actuel dans le domaine de l’intelligence artificielle. « Vu les répercussions sociales importantes que ces technologies vont avoir, il est d’autant plus important d'y rétablir l’équilibre », écrit-il sous sa signature.

Joëlle Pineau et Philippe Beaudoin, respectivement directrice du laboratoire Facebook AI Research de Montréal et cofondateur d’Element AI, sont également du nombre, tout comme Maxime St-Pierre, directeur général des Médias numériques à Radio-Canada.

« Il faut assurément tous collaborer pour stimuler, inspirer et valoriser toutes les femmes en technologie », affirme M. St-Pierre.

Le manifeste sera officiellement rendu public mardi soir au cours d’un événement de réseautage à la Maison Notman, à Montréal.

« On dit toujours que la communauté des jeunes pousses et de la techno de Montréal est tissée serrée. C’est le moment de dire que ce ne sont pas que des paroles », conclut Chloé Freslon.

Égalité des sexes

Société