•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
analyse

Des trous dans la voile de François Legault

Le chef de la CAQ François Legault
François Legault devant la presse après le débat des chefs en anglais. Photo: La Presse canadienne / Ryan Remiorz
Sébastien Bovet

Analyse - Chaque fois que François Legault met les pieds sur un plateau de télévision pour un débat des chefs, il est comme un capitaine aux commandes d'un voilier qui entre dans une tempête. Le but est de ne pas chavirer ou passer par-dessus bord; bref, il veut passer à travers en subissant le moins de dégâts possible.

Après deux débats, la voile du chef de la Coalition avenir Québec a des trous, beaucoup de trous, son bateau continue d’avancer, mais disons que sa vitesse de croisière a solidement ralenti. Si le navire avance toujours, c’est parce que la CAQ est toujours poussée par le vent de changement.

Car au-delà des promesses qu’on n’écoute presque plus sur la Santé, l’Éducation ou les micro-engagements pour faciliter notre vie, l’enjeu de fond, mais intangible, de cette campagne électorale, c’est le changement.

Les électeurs cherchent une alternative aux libéraux parce qu’ils sont au pouvoir de façon presque ininterrompue depuis 15 ans. La question de l’urne, s’il y en a une, ressemble plus à : « qui peut le mieux remplacer le PLQ? »

L’étoffe d’un premier ministre

Depuis un peu plus d’un an, cette alternative c’est la CAQ. Un nouveau parti avec un chef pas si nouveau et des idées peu connues. Pour convaincre les Québécois qu’il est l’alternative, François Legault avait une mission relativement simple : recruter des candidats présentables, élaborer un programme qui se tient et démontrer qu’il a l’étoffe d’un premier ministre.

Malgré des soubresauts, la CAQ a attiré des candidats de qualité, au point où on discerne les contours d’un conseil des ministres qui, sur papier, se défend.

Sous le microscope de la campagne électorale, le programme est mis à l’épreuve. On se demande ce que l’abolition des commissions scolaires, et leur remplacement par des centres de service, changera. On se demande comment il fera pour ne pas remplacer 5000 fonctionnaires qui partiront à la retraite.

Mais le caillou dans le soulier, celui qui est en train de se transformer en boulet, c’est l’immigration. Pas nécessairement l’idée de base, c’est-à-dire la réduction du nombre d’immigrants pour mieux les intégrer, mais l’application de la mesure, sa faisabilité. Plus le sujet est ausculté, plus les embûches apparaissent.

Ce qui nous amène à la démonstration la plus importante que François Legault doit faire. A-t-il l’étoffe d’un premier ministre? En politique, la controverse ne colle pas quand celui qui y fait face trouve les réponses. Et s’il n’a pas les réponses, il doit adopter l’attitude d’Henri Kissinger, le secrétaire d’État du président Richard Nixon: « avez-vous des questions pour mes réponses? », bref s’en tenir au message qu’il veut transmettre, peu importe la question qui est posée.

Ces derniers jours, François Legault s’est laissé distraire. On peut penser qu’il va recadrer son message, revenir à la base. Déjà ce matin, il nous en a donné un aperçu : « il ne faut pas oublier qu'actuellement le PLQ est sous enquête pour corruption », a-t-il dit en ajoutant que le chef libéral Philippe Couillard mène une campagne de peur.

C’est un signe évident qu’il craint maintenant que la coque commence à prendre l’eau.

Politique provinciale

Politique