•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PQ créerait 21 000 nouvelles places en CPE

Le chef du Parti québécois Jean-François Lisée en compagnie de la vice-chef Véronique Hivon et de candidats du parti.

Le PQ promet que chaque enfant aura une place en CPE.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Parti québécois promet désormais d'ajouter 21 000 nouvelles places dans les centres de la petite enfance (CPE) au cours d'un premier mandat. Pourtant, il y a à peine six jours, Jean-François Lisée s'engageait à en créer 17 000 seulement.

Un texte de Julie Marceau (Nouvelle fenêtre)

En incluant les 5800 places annoncées par les libéraux en mars, cet engagement porterait à 26 800 le nombre d'enfants supplémentaires qui bénéficieraient d'une place en CPE.

Le PQ éliminerait ainsi la liste d’attente actuelle, selon des données compilées par le parti. « On va compléter le réseau », a affirmé mardi Jean-François Lisée, dans un CPE de Repentigny.

Un enfant, une place : enfin, ce sera vrai pour tous les enfants du Québec.

Une citation de : Jean-François Lisée, chef du PQ

De 17 000 à 21 000 places en 6 jours

Au premier débat des chefs à ICI Radio-Canada, Jean-François Lisée avait pourtant déclaré que sa formation politique créerait « 17 000 places de plus en CPE ».

Interrogé sur cette augmentation de près de 25 % en six jours, le chef péquiste a expliqué que le parti avait réajusté le tir après avoir eu plus d’informations sur le nombre d’enfants figurant sur la liste d’attente.

« On a fait des vérifications jusqu’à la dernière minute », a-t-il affirmé.

Lisée s’estime « chanceux » dans ses calculs

« On savait qu’on était à quelques milliers près. Un chiffre qui circulait, c’est 30 000 personnes sur la liste d’attente […] On avait des estimés qui auraient pu être 18 000, 19 000, 20 000… », a exposé M. Lisée avant d’ajouter : « On a été chanceux ».

Le chef a également assuré que les coûts associés à cet ajout de 4000 places en CPE sont inclus dans le cadre financier du parti qui prévoit « des marges de manœuvre généreuses ».

Tarifs réduits pour les services de garde

Le PQ a aussi réitéré mardi la promesse d’abolir la « taxe famille », soit la modulation des tarifs des services de garde selon les revenus.

« Ça veut dire qu’on revient à un tarif de base universel de 8,05 $ par jour pour l’ensemble des enfants », a expliqué la vice-chef du parti, Véronique Hivon.

Selon l'ajustement du coût des services publics, pour l'année 2018, le tarif quotidien des familles ayant un revenu total de plus de 165 000 $ s'élève à 21,95 $ par enfant.

Le PQ réduirait également les tarifs en fonction du nombre d'enfants par ménage. Le coût des services de garde pour un deuxième enfant se situerait à 4 $. Le service serait gratuit à partir du troisième enfant.

Les CPE seraient également gratuits pour les familles qui perçoivent en entier le crédit d'impôt pour solidarité, soit les ménages dont le revenu est de moins de 35 000 $.

Convertir les garderies privées en CPE

Un gouvernement péquiste mettrait aussi en place un programme de conversion des garderies privées en CPE.

Ce programme non contraignant serait mis en place en concertation avec les associations en services de garde.

Cadre financier de la mesure d'ici 2022-2023

Coût de la création des places - 127 millions de dollars
Réduction du tarif - 343 millions

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !