•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première mondiale de Freshen Up réussie pour Paul McCartney à Québec

Paul McCartney lors de la première mondiale de sa tournée Freshen Up, le 17 septembre 2018, au Centre Vidéotron de Québec.
Paul McCartney lors de la première mondiale de sa tournée Freshen Up, le 17 septembre 2018, au Centre Vidéotron de Québec. Photo: La Presse canadienne / Jacques Boissinot
Radio-Canada

CRITIQUE – Paul McCartney a donné le coup d'envoi à sa tournée canadienne Freshen Up avec un concert-fleuve de trois heures, hier soir au Centre Vidéotron de Québec. Il a combiné les grands succès des Beatles et des Wings, offrant aux spectateurs un véritable tour d'horizon de la carrière du légendaire musicien.

Un texte d’Anne-Josée Cameron

C’est sous les cris des 17 000 spectateurs présents au Centre Vidéotron, que Sir Paul s’est avancé sur scène avant d’entamer les premières notes de A Hard Day’s Night. En quelques secondes à peine, la foule était sous le charme de l’ancien Beatle qui a enchaîné avec Hi Hi Hi et Can’t Buy Me Love au plus grand plaisir des nostalgiques.

Bonsoir les Québécoises et les Québécois! Salut tout le monde! Ce soir, je vais essayer de parler un petit peu français.

Paul McCartney

Fort de la cote d’amour des spectateurs qui se souvenaient très bien des mots prononcés en français lors de ses dernières visites à Québec, l’artiste s’est rapidement adressé à la foule dans la langue de Molière. Celle-ci n’a pas tardé à réagir en criant de plus belle.

Des chansons de toutes les époques

Macca a rapidement interprété des pièces de son nouvel album Egypt Station, soit Who Cares et Come On To Me, mentionnant au passage la première position de l’album, paru la semaine dernière, au palmarès Billboard.

Si certaines pièces de son 17e album solo ont été jouées, ce sont surtout les plus grands succès de l’auteur-compositeur et interprète qui ont été mis en avant.

Une bonne partie des pièces ont été tirées du répertoire des Wings, comme Let  Em In, 1985 et la très belle Maybe I’m Amazed, présentée sur des images d’archives de Paul et de ses enfants alors qu’ils étaient petits.

« C’est le premier enregistrement des Beatles », s’est exclamé en riant Sir Paul avant d’entonner une pièce aux accents résolument country intitulée In Spite Of All The Danger. Chanson qu’il a d’ailleurs fait chanter à la foule, laquelle ne s’est pas fait prier.

La légende de la musique pop a ensuite livré les chansons From Me To You et My Valentine, qu’il a écrite pour sa femme Nancy présente au concert.

Paul McCartney, avec sa célèbre basse Höfner, donne la réplique au guitariste Rusty Anderson pendant le premier spectacle de la tournée mondiale Freshen Up, le 17 septembre 2018, au Centre Vidéotron de Québec.Paul McCartney, avec sa célèbre basse Höfner, donne la réplique au guitariste Rusty Anderson pendant le premier spectacle de la tournée mondiale Freshen Up, le 17 septembre 2018, au Centre Vidéotron de Québec. Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Des moments forts

La chanson Blackbird, inspirée par le mouvement pour les droits civiques des années 60, a donné lieu à beaucoup d’émotions. Here Today, écrite pour John Lennon, a aussi suscité un recueillement attentif de la part des spectateurs qui n’ont pas semblé entendre les quelques fausses notes qui se sont glissées ici et là.

La savoureusement psychédélique Mr. Kite, tirée de l’album Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band, a permis de déployer le dispositif scénique, peu employé en première partie de spectacle. Les trois écrans géants remplis de dessins animés rappelant l’époque ont illuminé le Centre Vidéotron de couleurs acidulées.

« Celle-ci est pour mon chum George », a dit Paul McCartney avant d’interpréter au ukulélé la chanson Something. Moment nostalgique souligné par de nombreuses photos des Beatles et plus particulièrement de Paul et George Harrison.

À partir de ce moment-là ont suivi une série de grands succès. McCartney a enchaîné Band On The Run, Back In The USSR, Let It Be, Live And Let Die (au rythme des feux d’artifice!), Hey Jude et Yesterday.

La foule, déjà très enthousiaste, est devenue carrément survoltée, et a dansé et chanté les 12 dernières chansons du concert.

Et la voix?

À 76 ans, Paul McCartney possède une énergie hors du commun comme en témoigne son concert d’une durée de trois heures, et si sa voix n’est plus ce qu’elle était, elle demeure la plupart du temps très agréable.

Lundi soir, le légendaire septuagénaire a fait preuve d’une grande générosité, en s’adressant presque exclusivement en français à la foule et en interprétant près de 40 chansons tirées de l’ensemble de sa riche carrière, permettant ainsi à la grande majorité des spectateurs de revenir sur les grands moments de leur existence avec nostalgie et plaisir.

Paul McCartney sera au Centre Bell le 20 septembre

Musique chanson/pop

Arts