•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une saison des croisières sous le signe de l’incertitude

Une saison des croisières sous le signe de l’incertitude

Neuf escales ont été annulées cette année, dans la baie de Gaspé, en raison des limitations de vitesse et des couloirs de navigations imposés par Ottawa pour protéger les baleines noires.

Un texte de Joane Bérubé avec la collaboration de Martin Toulgoat

L’an dernier, 15 escales n’ont pas eu lieu en raison des mesures de protection pour protéger cette espèce en voie de disparition.

Escale Gaspésie, qui note que la saison n’est pas terminée, estime tout de même qu’il ne peut plus tenir son programme d’escales pour acquis.

Les annulations de cette année représentent jusqu'à présent des pertes de 100 000 $ pour l’organisme.

Rue de la Reine à GaspéTouristes sur la rue de la Reine à Gaspé Photo : Radio-Canada / William Bastille-Denis

Escale Gaspésie ne sait toujours pas si Ottawa a l'intention d'aider financièrement l'industrie québécoise des croisières. Notre démarche est demeurée, disons lettre morte, on n'a pas de retour significatif à notre requête, indique le chef d’Escale Gaspésie, Stéphane Ste-Croix.

De la visite imposante

Le navire de croisières L'ArcadiaL'Arcadia est le plus important navire à s'ancrer à Gaspé en 2018 Photo : Radio-Canada / William Bastille-Denis

Malgré tout, Escale Gaspésie accueillait lundi son plus imposant visiteur, le navire britannique Arcadia, avec à son bord 2600 passagers et membres d'équipage.

Ce navire, attendu depuis trois ans, a toutefois bien failli ne pas s’arrêter à Gaspé, raconte M. Ste-Croix. On a maintenu le programme original, dit-il, avec quelques différences au niveau des plages horaires avant, pendant et pour la prochaine escale, alors c'est comme ça qu'on y est arrivé.

L'Arcadia mouille l'ancre toute la journée dans la baie de Gaspé.

Escale Gaspésie prévoit recevoir un total de 39 bateaux de croisières en 2018 et se croise les doigts pour éviter d'autres annulations d'ici la fin de la saison le 3 novembre.

La Corporation rappelle que la perte du train touristique, pour transporter les croisiéristes jusqu'à Percé, fait encore mal.

Le train touristique AmiralLe train touristique Amiral Photo : Radio-Canada / William Bastille-Denis

Stéphane Ste-Croix croit que si le train était en fonction, il pourrait éponger une partie des pertes entraînées par les annulations d'escales. On aurait pu, soutient-il, avec le train, vendre à peu près 500 excursions supplémentaires au programme, donc on aurait atteint 1400 sièges d'excursion, ce sont des pertes économiques pour le milieu.

Le train, toujours immobile, près du quai, pique souvent la curiosité des croisiéristes, contraints de visiter Percé et le parc Forillon en autobus scolaires, ce qui suscite son lot de regrets.J'aurais choisi le train, tu peux davantage relaxer, commente un croisiériste.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Tourisme