•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démission du chef de l'opposition de l'Île-du-Prince-Édouard

James Aylward renonce à la direction du Parti progressiste-conservateur de l'Île-du-Prince-Édouard, affirmant ne pas avoir été en mesure de gagner la confiance des électeurs.
James Aylward renonce à la direction du Parti progressiste-conservateur de l'Île-du-Prince-Édouard, affirmant ne pas avoir été en mesure de gagner la confiance des électeurs. Photo: CBC / Randy McAndrew
Radio-Canada

Le chef de l'opposition officielle à l'Île-du-Prince-Édouard quitte son poste à moins d'un an des prochaines élections provinciales. À la suite de la publication de sondages défavorables, James Aylward reconnaît qu'il n'a pas été en mesure de gagner la confiance des électeurs.

Un texte de François Pierre Dufault

La formation politique se retrouve une fois de plus orpheline.

James Aylward est le troisième chef des progressistes-conservateurs depuis les dernières élections, en 2015, et le cinquième chef depuis les élections de 2011.

L'élu de Stratford, en banlieue de Charlottetown, est en poste depuis à peine 11 mois. Lundi, il a dit céder sa place pour le bien de son parti, alors que des élections sont prévues pour au plus tard l'automne prochain.

Depuis un an, plusieurs sondages de la firme Corporate Research Associates (CRA) placent le Parti progressiste-conservateur au troisième rang dans les intentions de vote, parfois loin derrière le gouvernement libéral et le Parti vert.

Malgré tous mes efforts, je n'ai pas été en mesure d'établir un lien solide avec les insulaires.

James Aylward, chef démissionnaire du Parti progressiste-conservateur de l'Île-du-Prince-Édouard

L'opposition officielle à Province House ne récolterait plus que 20 % des intentions de vote, selon le plus récent sondage CRA, paru le 6 septembre. La cote de popularité personnelle du chef démissionnaire serait tombée à 16 %. Je vais être honnête : ce sondage a probablement été la dernière goutte, admet-il.

James Aylward se dit néanmoins fier de ce que son parti a accompli sous sa gouverne, notamment l'adoption par l'Assemblée législative de projets de loi qui garantissent davantage de soutien aux victimes d'agressions sexuelles et aux premiers répondants qui souffrent de stress post-traumatique.

Porte-parole en matière de santé

Avant d'être élu chef de son parti, l'élu de Stratford a été porte-parole de l'opposition en matière de santé. Il a fait de la santé mentale son principal cheval de bataille, accusant le gouvernement libéral d'ignorer une pénurie de psychiatres et de psychologues dans la province.

James Aylward dit qu'il entend demeurer en poste à la direction du Parti progressiste-conservateur jusqu'à l'élection de son remplaçant. Il souhaite aussi se représenter dans sa circonscription de Stratford aux élections de 2019.

Le président de la formation politique, Charles Blue, laisse entendre que la course à l'investiture d'un nouveau chef va se dérouler très rapidement, étant donné le climat politique actuel et la proximité du déclenchement d'élections provinciales.

Les prochaines élections à l'Île-du-Prince-Édouard sont prévues pour l'automne 2019, mais elles pourraient être avancées au printemps prochain pour éviter qu'elles ne coïncident avec les élections fédérales à venir.

Lundi, le premier ministre, Wade MacLauchlan, et le chef du Parti vert, Peter Bevan-Baker, ont salué à tour de rôle sur Twitter l'engagement et le dévouement de James Aylward.

Île-du-Prince-Édouard

Politique provinciale