•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cantley, Chelsea et Pontiac s’unissent pour composter

Les mairesses tiennent des affiches qui font la promotion de la campagne «Ensemble on collecte».
Les mairesses de Cantley, Chelsea et Pontiac s'unissent pour la campagne de sensibilisation «Ensemble on collecte». Photo: Radio-Canada / Roxane Léouzon
Radio-Canada

Les mairesses de Cantley, Chelsea et Pontiac ont dévoilé, lundi, une campagne de sensibilisation pour « outiller les résidents dans cette nouvelle habitude » qu'est le compostage, lequel sera implanté dans les trois municipalités au cours des prochains mois.

La cueillette des matières compostables sera mise en place dès le 1er janvier prochain à Cantley et Chelsea, et dès le mois de juin à Pontiac. La campagne Ensemble on collecte vise à atteindre les objectifs dictés par le gouvernement du Québec pour la gestion des matières résiduelles dans les villes de la province.

La collaboration, c'est surtout pour la campagne de sensibilisation, parce que chaque municipalité va établir la collecte et la fréquence de la collecte, a expliqué la mairesse de Chelsea, Caryl Green. Elle ne ferme toutefois pas la porte à une collaboration future entre les municipalités pour ce qui est de la collecte des matières compostables.

Les matières organiques collectées seront transportées vers le poste de transbordement de la MRC situé à Val-des-Monts, peut-on lire dans une déclaration commune des trois municipalités.

Pas d'obligation dans l'immédiat

Si la Ville de Gatineau oblige ses citoyens à faire du compost, Cantley, Chelsea et Pontiac indiquent que leurs politiques ne seront pas aussi contraignantes, du moins dans l'immédiat. Il va y avoir des obligations, mais pour la première année, c'est vraiment une campagne de sensibilisation, a expliqué Mme Green.

La mairesse de Cantley, Madeleine Brunette, abonde dans le même sens. Je pense qu'il faut faire beaucoup d'éducation sur la réduction et non seulement de recycler ou de collecter, mais de réduire notre consommation, a-t-elle fait valoir.

C'est un mélange d'initiatives qui va nous aider à [atteindre] le plus près possible les cibles.

Madeleine Brunette, mairesse de Cantley

Le directeur du Conseil régional de l'environnement et du développement durable de l'Outaouais (CREDDO), Benoit Delage, voit d'un bon oeil cette initiative. Il indique qu'à long terme, le compostage est moins onéreux que l'enfouissement.

D'autres misent sur le compostage domestique

Le maire de L'Ange-Gardien, Marc Louis-Seize, privilégie pour sa part l'option de permettre aux gens de faire du compost à la maison. Nous, on croit qu'il y a un bénéfice à ça. Le premier, c'est qu'on n'ajoute pas de camions qui vont produire du CO2, a-t-il expliqué, ajoutant que sa Municipalité économise en choisissant le compostage à domicile.

C'est le même son de cloche à Val-des-Monts, où le maire Jaques Laurin a affirmé que la Municipalité a distribué 3600 bacs de compostage domestique, soit à l'ensemble des résidences, cette année.

Par ailleurs, la directrice du Service de l'environnement et de l’hygiène du milieu à la MRC Vallée-de-la-Gatineau, Kimberly Mason, a indiqué que la MRC évalue présentement la possibilité d'agrandir le centre de traitement des boues de fosses septiques de Kazabazua, afin qu'on puisse y traiter le compost domestique.

Avec les informations de Roxane Léouzon

Ottawa-Gatineau

Matières résiduelles