•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada peut-il régler les problèmes de l'industrie laitière américaine?

Une vache laitière en Pennsylvanie.
Pour plusieurs petits producteurs américains, vendre du lait n'est plus rentable. Photo: Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair
Raphaël Bouvier-Auclair

Production en augmentation, prix qui chutent et fermes qui cessent leurs activités : des producteurs laitiers américains sont à la croisée des chemins. Et selon certains d'entre eux, pour résoudre la crise, il faudra bien plus qu'un meilleur accès au marché canadien, comme le réclame l'administration Trump dans la renégociation de l'ALENA.

Tammy et Steve Biser se posent quotidiennement la question : vont-ils poursuivre leur production laitière ou quitter l'industrie?

Ce couple d'agriculteurs du sud de la Pennsylvanie travaille sans relâche. Tammy occupe un emploi à temps plein. Son mari, Steve, est quant à lui chargé de la ferme. Puis, toutes les fins de semaine, ils multiplient les arrêts dans les marchés publics pour vendre les fromages qu'ils produisent.

Tammy et Steve Biser devant leur kiosque au marché public de Waynesboro, en Pennsylvanie. Tammy et Steve Biser devant leur kiosque au marché public de Waynesboro, en Pennsylvanie. Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

En fait, ce sont leurs fromages artisanaux qui leur permettent de survivre. Pour des petits producteurs comme eux, vendre du lait n'est plus rentable.

Si ce n'était pas du fromage la fin de semaine, nous aurions fermé nos portes il y a quelques années. Mais c'est difficile de vendre nos vaches. Il s'agit de notre maison, pas d'une simple entreprise.

Tammy Biser, productrice laitière

Un choix que d'autres agriculteurs de l'État ont pourtant fait. En 2016, par exemple, le Centre pour l'excellence de l'industrie laitière estimait que 120 fermes avaient été vendues en Pennsylvanie.

Production qui augmente, consommation qui diminue

Selon Mike Eby, de l’Organisation nationale des producteurs laitiers des États-Unis, les maux de l'industrie s'expliquent par un phénomène bien simple : il y a surproduction de lait au pays, notamment dans certains États comme le Wisconsin.

Et si la consommation de produits dérivés tels que le fromage ou le yogourt augmente, les Américains boivent de moins en moins de lait.

Avec une quantité plus importante de produits sur le marché et des débouchés limités, le lait a perdu de sa valeur au cours des dernières années.

Mike Eby souligne que les grandes fermes jouent un rôle important, mais il croit que bien des producteurs sont emportés dans ce cycle de production effrénée.

Ils doivent payer leurs factures. Et certains pensent que la seule manière d'y parvenir, c'est en produisant plus de lait.

Mike Eby, président de l'Organisation nationale des producteurs laitiers

Selon certains économistes, un autre facteur contribue à cette production massive : les milliards de dollars de subventions que le gouvernement américain octroie à son industrie agricole chaque année. Garanties de prêts, assurances et parfois même rachat de surplus; l'aide gouvernementale peut prendre plusieurs formes.

Véronique de Rugy, économiste et chercheuse au Centre Mercatus, favorable au libre-marché, croit que la part de subventions accordées aux producteurs laitiers, dont certains sont de gros acteurs, encourage la production, et ce, malgré la faible valeur du lait.

Elles [les subventions] créent des distorsions dans les forces du marché. Elles encouragent l'investissement vers les secteurs subventionnés indépendamment des mérites de cette pratique. Ça crée parfois de la surproduction avec des prix bas. C'est le cas du lait.

Véronique de Rugy, chercheuse au Centre Mercatus

Si elle dénonce aussi le mécanisme canadien de gestion de l'offre, qu'elle associe à une augmentation des prix pour les consommateurs, Véronique de Rugy souligne que les autorités américaines doivent également jeter un regard critique sur leur propre système.

Et l'ALENA dans tout ça?

Donald Trump derrière un lutrinDonald Trump a dit vouloir changer le nom de l'ALENA, qui aurait, selon lui, une « mauvaise connotation ». Photo : Associated Press / Alex Brandon

Depuis des années, des regroupements de producteurs et de transformateurs américains réclament un meilleur accès au marché canadien.

Les tarifs du Canada bloquent l'accès à un marché indispensable pour nos produits laitiers américains.

Jim Mulhern, président de la Fédération nationale des producteurs laitiers - avril 2018

Ces demandes ont fait leur chemin jusqu'à la Maison-Blanche et sont maintenant au coeur des récriminations du président Trump à l'endroit du Canada. L'enjeu est devenu central dans la renégociation de l'ALENA.

Or, selon Mike Eby de l'Organisation nationale des producteurs laitiers, une brèche dans la gestion de l'offre ou la fin de celle-ci ne réglera pas les problèmes que doivent affronter les producteurs laitiers des États-Unis.

Mike Eby, président de l'Organisation nationale des producteurs laitiers. Mike Eby, président de l'Organisation nationale des producteurs laitiers. Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

« De penser qu'un accès au marché canadien réglera tous nos problèmes est absurde », dit-il. Selon lui, il faut plutôt que les décideurs politiques et les acteurs de l'industrie s'intéressent à l'incidence qu'a la production sur les prix à l'intérieur du marché américain. Sans quoi, « la chute va se poursuivre », prévient-il.

Dans le sud de la Pennsylvanie, Steve Biser est plus nuancé.

« Les tarifs ne sont jamais bons. Tout ce qui peut ressortir de ces négociations avec le Canada va nous aider », lance-t-il.

N'empêche, l'agriculteur doute que cela mette fin à la crise à laquelle font face les petits producteurs comme lui. Mais pour l'instant, Steve Biser se concentre surtout sur sa propre ferme familiale et la vente de ses fromages dans les marchés publics.

« Nous devons prendre soin de nous-mêmes. Je ne peux pas régler tous les problèmes de l'industrie laitière du pays », conclut-il.

Raphaël Bouvier-Auclair est correspondant aux États-Unis.

Accords commerciaux

Économie